Liz Truss désignée pour succéder à Boris Johnson

Liz Truss, Britain's Foreign Secretary and a contender to become the country's next Prime Minister and leader of the Conservative party answers questions as she takes part in a Conservative Party Hustings event at Wembley Arena, in London, on August 31, 2022. (Photo by Susannah Ireland / AFP)
SUSANNAH IRELAND / AFP Liz Truss, Britain's Foreign Secretary and a contender to become the country's next Prime Minister and leader of the Conservative party answers questions as she takes part in a Conservative Party Hustings event at Wembley Arena, in London, on August 31, 2022. (Photo by Susannah Ireland / AFP)

SUSANNAH IRELAND / AFP

Liz Truss, ici le 31 août 2022, sera prochainement intronisée Première ministre, succédant à Boris Johnson.

ROYAUME-UNI - Une nouvelle locataire pour le 10, Downing Street. La ministre britannique des affaires étrangères, Liz Truss, a été désignée cheffe du Parti conservateur, ce lundi 5 septembre. Elle deviendra donc mécaniquement, dans quelques heures, la troisième femme Première ministre du Royaume-Uni, succédant à Boris Johnson.

Ralliée au conservatisme et au Brexit sur le tard, la ministre de 47 ans a séduit avec l’enthousiasme des convertis la base du parti au pouvoir, ces moins de 200 000 adhérents, surtout des hommes âgés et blancs, qui départageaient les finalistes à la succession de Boris Johnson. Face à elle, Rishi Sunak, 42 ans, a été prisonnier de son image de riche banquier technocrate.

Tout au long du mois de campagne, Liz Truss a martelé un message clair — baisser les impôts massivement, couper dans l’administration — sans ciller face aux attaques, et s’est gardée de critiquer le Premier ministre sortant. La politique économique s’est naturellement retrouvée au centre de cette campagne, marquée très à droite et qui a parfois semblé déconnectée de l’aggravation de la crise pendant l’été.

Dimanche, la candidate a assuré sur la BBC qu’élue, elle agirait « dès la première semaine » pour aider les Britanniques avec leurs factures d’énergie, refusant toutefois de préciser la nature concrète des mesures qu’elle comptait prendre. Selon plusieurs médias britanniques, elle envisage un gel les prix de l’énergie. Elle a aussi souligné qu’elle présenterait « d’ici un mois » un projet de réforme fiscale pour faire face à la crise.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Liz Truss désignée par les conservateurs pour succéder à Boris Johnson

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi