L'homme le plus détesté d'Internet : "Il y avait quelqu'un qui surveillait la maison", Charlotte Laws témoigne sur les menaces

Après L'arnaqueur de Tinder, qui pourrait avoir son adaptation en film, Netflix a de nouveau choqué les internautes avec la mini-série documentaire L'homme le plus détesté d'Internet. Charlotte Laws, la maman d'une des victimes du site d'Hunter Moore, le créateur du site de revenge porn IsAnyoneUp.com, témoigne dans les colonnes de The Sun.

"Le site montrait ce qu'il y avait de pires chez l'homme misogyne"

"IsAnyoneUp était un mur de haine. On essayait de pousser les victimes au suicide, on les traitait de grosses et moches. Et il n'y avait pas que des beautés de 20 ans. Il y avait des femmes âgées de plus de 60 ans, des personnes en surpoids, même un paraplégique aveugle. Le site montrait ce qu'il y avait de pires chez l'homme misogyne. J'ai pris peur en voyant que ça arrivait à ma fille", explique-t-elle au journal britannique, avant d'ajouter : "Ma fille s'est enfermée dans sa chambre et a supprimé tous ses réseaux sociaux. Elle a commencé à recevoir des appels d'étrangers. La star du porno Ron Jeremy l'a même contactée pour 'parler business'. Elle était bouleversée, convaincue que ça allait ruiner sa vie."

"Il se définissait comme un 'ruineur de vie professionnel'"

"Moore se vantait d'être 'le diable pur', il se définissait comme un 'ruineur de...

Lire la suite


À lire aussi

Anaïs (Secret Story 7) : après la Maison des Secrets, la prison ? Elle serait poursuivie pour menaces de mort
Dieudonné : Nicolas Bedos menacé de mort après sa "quenelle maison"
L'homme le plus détesté d'Internet : que devient Hunter Moore, celui qui a choqué les spectateurs de Netflix ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles