Lena Situations raconte son harcèlement sur les réseaux sociaux

Lena Mahfouf sur le tapis rouge du festival de Cannes, le 25 mai 2022.
Gisela Schober / Getty Images Lena Mahfouf sur le tapis rouge du festival de Cannes, le 25 mai 2022.

Gisela Schober / Getty Images

Lena Mahfouf sur le tapis rouge du festival de Cannes, le 25 mai 2022.

RÉSEAUX SOCIAUX - « Avant de revenir sur YouTube (...) j’avais besoin et envie de vous parler ». Dans une longue vidéo face caméra publiée ce dimanche 31 juillet, Lena Mahfouf, ou Lena Situations, est revenue sur plusieurs épisodes de harcèlement auxquels elle a dû faire face depuis l’été 2021.

Bien que tout ait commencé sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur Twitter, les insultes et les menaces ont commencé à s’imposer « dans la vraie vie », et impacter ses proches. « Ça a dépassé le monde virtuel, pour arriver jusque chez ma mère », explique-t-elle. Après avoir retrouvé l’adresse de sa mère, certaines personnes ont entamé des appels insistants à son interphone, jeté des œufs sur son paillasson, commencé à lui laisser des messages remplis d’insultes destinées à sa fille, la forçant à couper sa ligne.

D’autres sont allés jusqu’à retrouver le numéro de téléphone de sa grand-mère habitant en Algérie, « pour lui dire que sa petite-fille était une grosse salope », raconte-t-elle.

Elle-même enchaîne des expériences d’humiliation depuis un an. Elle cite notamment un groupe d’hommes qui est venu lui demander une photo dans la rue, tous souriants. Puis, une fois la caméra allumée, ils ont démarré une vidéo dans laquelle ils l’insultent, devant ses yeux.

Sur les réseaux sociaux, elle mentionne aussi des insultes gratuites, pour une coupe de cheveux par exemple, simplement venues lui faire savoir qu’elle était laide.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

« Je vous invite tous à aller vous faire foutre »

Le harcèlement étant un phénomène récurrent sur internet, les créateurs de contenu ont conscience qu’ils recevront inévitablement des insultes dès leurs débuts. « On le sait (...) Je connais les règles du jeu (...) Quand tu fais des vidéos basées sur Lifestyle, tu vas être attaqué sur des choses très personnelles, étant donné que tu montres des choses très personnelles », explique-t-elle. « Je suis en train de me plaindre de quelque chose que très peu de personnes peuvent comprendre, j’ai l’impression d’être totalement déconnectée de la réalité ».

Dans la vidéo, elle affirme également se sentir attaquée « juste parce que je suis là, et que je suis une meuf ». Car les insultes qu’elle reçoit sont les toujours mêmes : « pute », « salope » Des mots sexistes venant en grande partie d’hommes.

« Je pensais être préparée mentalement », explique celle qui a démarré les vidéos sur YouTube en 2015. Mais dès le début des épisodes de harcèlement, « dès que je prononçais une phrase, je me disais « Comment ils vont en faire un nouveau sujet ? (...) Qu’est-ce qu’ils vont répondre à ça ? », explique l’influenceuse qui anticipe toutes les prochaines vagues de haine qu’elle « ne peut pas contrôler ».

« En revanche, je peux contrôler l’impact que ça a sur moi », explique-t-elle. Ainsi, pour terminer la vidéo, elle s’adresse directement à ses détracteurs. « Je vous invite tous à aller vous faire foutre. Nous, on va passer un bel été », conclut-elle en amont du mois d’août, durant lequel elle publie une vidéo par jour sur sa chaîne YouTube. Une série traditionnelle baptisée Les Vlogs d’août, qu’elle exerce depuis six ans.

À voir également sur Le HuffPost : Une mannequin française harcelée à cause de ses poils sur le ventre

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles