Publicité

L'armée israélienne annonce avoir tué un chef du Hezbollah au Liban

D'après une annonce de l'armée israélienne ce vendredi 29 mars, un chef de l'unité des missiles du Hezbollah libanais a été éliminé dans une frappe israélienne, dans le sud du Liban, sur fond de recrudescence des violences entre les deux belligérants.

Un chef du Hezbollah a été tué ce vendredi au sud du Liban, selon l'armée israélienne. « Un peu plus tôt vendredi, un avion de l'armée de l'air israélienne a tiré et éliminé Ali Abdel Hassan Naïm, commandant adjoint de l'unité des roquettes et des missiles du Hezbollah, dans la région de Bazouriyé », a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué, vendredi 29 mars. L'homme était notamment « chargé de mener et de planifier des attaques contre des civils israéliens », a-t-elle affirmé.

Le mouvement libanais n'a pas commenté l'attaque dans l'immédiat mais il a annoncé « le martyre » de sept de ses combattants, dont Ali Abdel Hassan Naïm, « sur la route de Jérusalem », expression que le parti utilise pour désigner ses membres tués par Israël, sans préciser où ni quand ils sont morts.

Ce vendredi, l'agence de presse officielle libanaise ANI a mentionné un « raid ciblé mené par un drone ennemi (israélien, ndlr) sur une voiture » à Bazouriyé, près de la ville côtière de Tyr, faisant état d'au moins un mort. Selon un correspondant de l'AFP sur place, la voiture ciblée a été détruite et des débris étaient éparpillés tout autour, avant que les autorités ne bouclent la zone.

Violences quotidiennes


Lire la suite sur RFI