L'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, est nommée à la Cour des comptes

Discrète depuis sa défaite à la mairie de Paris, l'ancienne hématologue avait été nommée en 2021 à l'OMS. Elle exercera désormais rue Cambon à partir du mois de septembre, après s'être vue attribuée la légion d'honneur au début de l'année.

C'est une arrivée rue Cambon qui ne passera pas inaperçue. L'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient d'être nommée en Conseil des ministres conseillère-maître à la Cour des comptes. Depuis 2021, l'hématologue était envoyée du directeur général pour les affaires multilatérales à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cette nomination a tout d'une récompense pour une ancienne bonne soldate de la macronie. Elle n'y a pourtant pas laissée que de bons souvenirs. Alors aux manettes du ministère de la Santé et alors que le Covid-19 commence à inquiéter en Chine en février 2020, cette ancienne praticienne hospitalière remplace au pied levé Benjamin Griveaux. Candidat à la mairie de Paris, il est alors contraint de se retirer après la diffusion de vidéos à caractère sexuel.

Mise en examen pour sa gestion de la pandémie

Avec seulement 13% des voix au premier tour, Agnès Buzyn échoue à convaincre les électeurs le 15 mars 2020. Encore plus cruel: son score ne lui permet même pas d'être élue conseillère de Paris. Le lendemain, Emmanuel Macron annonce le premier confinement. Le 17, elle dénonce dans les colonnes du Monde "la mascarade" des élections municipales, ajoutant qu'"on aurait dû tout arrêter".

Malgré ses regrets et ses différentes explications sur sa gestion de la pandémie au ministère de la Santé, notamment devant la commission d'enquête du Sénat, ses propos pèsent lourds. Ils justifient en partie sa mise en examen par la Cour de justice de la République pour mise en danger de la vie d'autrui lors de la gestion de la crise de Covid-19 en septembre dernier.

Aux côtés de Macron à Pithiviers

Deux semaines plus tard, elle est pourtant nommée directrice exécutive du nouveau centre mondial de formation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), basé à Lyon. Si sa nomination s'inscrit dans son parcours médical - praticienne hospitalière reconnue, ancienne présidente du collège de la Haute autorité de Santé-, elle fait alors grincer des dents en macronie qui regrette cette très belle nomination, après ses propos au Monde.

Les relations s'étaient cependant réchauffées ces derniers mois avec l'Élysée, au point d'être présente lors des commémorations du Vél d'Hiv aux côtés d'Emmanuel Macron à Pithiviers le 17 juillet dernier. Son père Elie Buzyn, décédé quelques semaines plus tôt, était lui-même un rescapé d’Auschwitz. Au début de l'année, la professeure de médecine avait d'ailleurs été décorée de la légion d'honneur, au grand dam d'une partie de la classe politique.

Agnès Buzyn est désormais attendue le 1er septembre prochain à la Cour des comptes en étant nommée au grade supérieur. Elle devrait toucher à ce poste 6 445,69 euros brut par mois, d'après la grille de salaire publiée par l'institution. "En service extraordinaire", elle devrait y passer les cinqprochaines années sans possibilité de renouvellement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Agnès Buzyn en deuil, l'hommage poignant de Jean Castex

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles