L’Alzheimer pourrait être une maladie auto-immune, et non pas une pathologie du cerveau

Une nouvelle théorie sur la maladie d’Alzheimer reconsidère le rôle de la bêta-amyloïde dans le cerveau. (AP Photo/Evan Vucci)
Une nouvelle théorie sur la maladie d’Alzheimer reconsidère le rôle de la bêta-amyloïde dans le cerveau. (AP Photo/Evan Vucci)

La recherche d’un traitement curatif de la maladie d’Alzheimer constitue une quête de plus en plus compétitive et litigieuse, ces dernières années ayant été marquées par plusieurs importantes controverses.

En juillet 2022, le magazine Science a annoncé qu’un rapport de recherche de 2006, publié dans la prestigieuse revue Nature, qui identifiait un sous-type de protéine cérébrale appelé bêta-amyloïde comme la cause de la maladie d’Alzheimer, pourrait avoir reposé sur des données fabriquées.

À lire aussi : Maladie d’Alzheimer : avons-nous tout faux sur ses causes ?

Un an plus tôt, en juin 2021, la Food and Drug Administration américaine avait approuvé l’aducanumab, un anticorps qui cible la bêta-amyloïde, comme traitement de la maladie d’Alzheimer, même si les données sur le sujet étaient incomplètes et contradictoires. Certains médecins estiment que l’aducanumab n’aurait jamais dû être approuvé, tandis que d’autres soutiennent qu’il faut lui donner une chance.

À lire aussi : Le nouveau traitement autorisé contre l’Alzheimer : percée médicale ou mirage commercial ?

Alors que des millions de personnes ont besoin d’un traitement efficace, pourquoi les chercheurs avancent-ils encore à tâtons dans leur quête d’un remède pour ce qui est sans doute l’une des plus importantes maladies auxquelles l’humanité est confrontée ?

Et si on n’oubliait la bêta-amyloïde

Depuis des années, des scientifiques travaillent à la mise au point de nouveaux traitements contre la maladie d’Alzheimer en cherchant à empêcher la formation d’amas de cette mystérieuse protéine appelée bêta-amyloïde, qui endommagent le cerveau. D’une certaine façon, nous, les scientifiques, nous sommes enfermés dans une ornière intellectuelle en nous concentrant presque exclusivement sur cette approche, négligeant, voire ignorant, d’autres explications possibles.

L’étude des bêta-amyloïdes en tant que protéines anormales à l’origine de la maladie d’Alzheimer ne s’est pas traduite par un médicament ou une thérapie qui fonctionne. Shutterstock
L’étude des bêta-amyloïdes en tant que protéines anormales à l’origine de la maladie d’Alzheimer ne s’est pas traduite par un médicament ou une thérapie qui fonctionne. Shutterstock

Malheureusement, cette volonté d’étudier les amas anormaux de protéines n’a pas donné lieu à la découverte d’un médicament ou d’une thérapie efficace. La nécessité de trouver une nouvelle façon de considérer la maladie d’Alzheimer « hors de l’amas » apparaît comme une priorité dans la science du cerveau.

Mon laboratoire au Krembil Brain Institute, qui fait partie du Réseau universitaire de santé de Toronto, travaille à l’élaboration d’une nouvelle théorie sur la maladie d’Alzheimer. Sur la base de nos 30 dernières années de recherche, nous ne pensons plus que la maladie d’Alzheimer soit principalement une maladie du cerveau. Nous croyons plutôt qu’il s’agit principalement d’un trouble du système immunitaire dans le cerveau.

À lire aussi : Fraude dans la recherche sur l’Alzheimer : non, nous n’avons pas perdu quinze ans

Le système immunitaire, présent dans tous les organes du corps, est un ensemble de cellules et de molécules qui travaillent en harmonie pour aider à réparer les blessures et à se protéger des envahisseurs. Lorsqu’une personne trébuche et tombe, le système immunitaire aide à réparer les tissus endommagés. Lorsqu’une personne est atteinte d’une infection virale ou bactérienne, le système immunitaire l’aide à lutter contre les envahisseurs microbiens.

Les mêmes processus sont présents dans le cerveau. En cas de traumatisme crânien, le système immunitaire du cerveau se met en branle pour aider à la réparation. Lorsque des bactéries sont présentes dans le cerveau, le système immunitaire est là pour les combattre.

L’Alzheimer, une maladie auto-immune

Nous croyons que la bêta-amyloïde n’est pas une protéine produite anormalement, mais plutôt une molécule qui fait partie du système immunitaire du cerveau. Elle est censée se trouver à cet endroit. Lorsqu’un traumatisme cérébral se produit ou lorsque des bactéries sont présentes dans le cerveau, la bêta-amyloïde joue un rôle clé dans la réponse immunitaire globale du cerveau. Et c’est là que le problème commence.

En raison des similitudes entre les molécules de graisse qui composent les membranes des bactéries et celles des cellules cérébrales, la bêta-amyloïde ne peut faire la différence entre les bactéries envahissantes et les cellules cérébrales, et attaque par erreur les cellules qu’elle est censée protéger.

Cela conduit à une perte chronique et progressive des fonctions des cellules cérébrales, qui aboutit finalement à la démence — tout cela parce que le système immunitaire de notre corps ne parvient pas à faire la différence entre les bactéries et les cellules cérébrales.

Section d’un cerveau humain atteint de la maladie d’Alzheimer exposée au musée de neuroanatomie de l’université de Buffalo, à Buffalo, dans l’État de New York. (AP Photo/David Duprey)
Section d’un cerveau humain atteint de la maladie d’Alzheimer exposée au musée de neuroanatomie de l’université de Buffalo, à Buffalo, dans l’État de New York. (AP Photo/David Duprey)

Si on la considère comme une attaque mal dirigée du système immunitaire du cerveau contre l’organe qu’il est censé défendre, la maladie d’Alzheimer se révèle être une maladie auto-immune. Il existe de nombreux types de maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, pour lesquelles les auto-anticorps jouent un rôle crucial dans leur développement, et pour lesquelles les thérapies à base de stéroïdes peuvent être efficaces. Mais ces thérapies ne fonctionnent pas contre la maladie d’Alzheimer.

Le cerveau est un organe très spécial et distinctif, considéré comme la structure la plus complexe de l’univers. Dans notre modèle de la maladie d’Alzheimer, la bêta-amyloïde contribue à protéger et à renforcer le système immunitaire, mais elle joue également un rôle central dans le processus auto-immun qui, selon nous, peut conduire au développement de la maladie d’Alzheimer.

Si les médicaments utilisés traditionnellement dans le traitement des maladies auto-immunes ne fonctionnent pas contre la maladie d’Alzheimer, nous sommes convaincus que le fait de cibler d’autres voies de régulation immunitaire dans le cerveau nous conduira à de nouvelles approches thérapeutiques efficaces contre la maladie.

Autres théories

Il est réjouissant de voir de nouvelles approches de cette maladie très ancienne. (Pixabay)
Il est réjouissant de voir de nouvelles approches de cette maladie très ancienne. (Pixabay)

Outre la théorie sur l’origine auto-immune de l’Alzheimer, d’autres théories nouvelles et variées commencent à voir le jour. Ainsi, certains scientifiques pensent qu’il s’agit d’une maladie qui affecte de minuscules structures cellulaires appelées mitochondries — les usines à énergie de chaque cellule du cerveau. Les mitochondries transforment l’oxygène de l’air que nous respirons et le glucose des aliments que nous mangeons en énergie pour faire fonctionner la mémoire et la pensée.

D’autres soutiennent qu’il s’agit des conséquences d’une infection du cerveau, dont les bactéries de la bouche seraient responsables. D’autres encore considèrent que la maladie pourrait résulter d’une mauvaise gestion des métaux, comme le zinc, le cuivre ou le fer, dans le cerveau.

Il est réjouissant de constater que l’on développe désormais de nouvelles façons d’aborder cette maladie. La démence touche actuellement plus de 50 millions de personnes dans le monde, un nouveau diagnostic étant posé toutes les trois secondes. Souvent, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont incapables de reconnaître leurs enfants ou même leur conjoint avec qui elles vivent depuis plus de 50 ans.

La maladie d’Alzheimer représente un grave enjeu de santé publique et nécessite des idées novatrices et des orientations nouvelles. Pour le bien-être des personnes et des familles qui vivent avec une maladie neurodégénérative, et pour l’impact socio-économique sur notre système de soins de santé déjà mis à rude épreuve par les coûts et les exigences sans cesse croissants de la démence, nous devons mieux comprendre la maladie d’Alzheimer, ses causes et ce que nous pouvons faire pour la traiter et aider les personnes qui en sont atteintes et les familles.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

  • Il faut repenser le combat contre la maladie d'Alzheimer

  • Pourquoi n’avons-nous pas de traitements contre la maladie d’Alzheimer ?