Publicité

JO 2024: "Je ne me vois pas dormir sans ma fille", réaffirme Agbegnenou

Reine de Paris, samedi, après son 7e sacre lors du Grand Slam dans la capitale, Clarisse Agbegnenou espère bien être également la reine olympique cet été. Mais une chose est sûre : elle ne le sera pas sans sa fille. C'est en tout cas ce qu'a rappelé la judoka au micro de RMC ce dimanche.

Interrogée sur son retour en forme et son ambition grandissante à l'approche des JO, la championne olympique en titre chez les -63 kg est revenue sur une question qu'elle avait déjà soulevée le 23 janvier en s'adressant au chef de l'Etat, Emmanuel Macron. Pourra-t-elle, oui ou non, avoir sa fille Athéna, âgée d'un an et demi, à ses côté au village des athlètes ?

Une réunion à venir avec Paris 2024 pour avoir sa fille au village olympique

"Je n'ai pas encore eu de réponse, on va se réunir avec Paris 2024 très prochainement, ils vont me dire ce qu'il est possible de faire", a-t-elle expliqué. "Mais une chose est sûre : je ne me vois pas ne pas dormir avec ma fille alors que je ne l'ai jamais fait et je ne le ferai pas le jour où j'ai le plus besoin d'elle. Si on ne m'autorise pas à être avec ma fille au village olympique ? Et bien je ferai tout pour être avec elle."

Reste à savoir ce que pourrait impliquer cette dernière phrase en cas de refus de la part du Comité d'organisation d'accéder à son souhait. Pourra-t-elle rester chez elle avec sa fille et ne pas aller au village ? La question est ouverte et la réponse, donc, ne semble pas tranchée.

"Ce n'est pas possible", estimait l'ancienne joueuse de tennis Marion Bartoli au micro des Grandes Gueules du Sport sur RMC le 27 janvier dernier. "Le village olympique, c'est 10 500 athlètes, 15 000 personnes qui vont loger. Ce n'est pas possible d'emmener un enfant dans cadre pareil. Elle soumettait notamment l'idée d'une "crèche à l'endroit où se déroule la compétition", comme c'est le cas dans les tournois du Grand Chelem au tennis.

Article original publié sur RMC Sport