Jean-Marc Morandini sera jugé le 24 octobre prochain pour "corruption de mineurs"

L'animateur Jean-Marc Morandini à Paris le 19 juillet 2016. - Georffroy Van der Hasselt - AFP
L'animateur Jean-Marc Morandini à Paris le 19 juillet 2016. - Georffroy Van der Hasselt - AFP

Jean-Marc Morandini sera jugé le 24 octobre 2022 devant la 15e chambre du tribunal judiciaire de Paris pour "corruption de mineurs", a appris BFMTV auprès d'une source proche du dossier.

Dans cette affaire, l'animateur de CNews a été mis en examen pour avoir fait des propositions sexuelles à deux mineurs âgés de 15 et 16 ans au moment des faits.

Le premier affirme avoir reçu des messages à caractère sexuel, en 2013, via le réseau social Twitter. Ponctués de nombreux "Mdr" et de "LOL", les envois de Jean-Marc Morandini, que BFMTV a pu consulter, étaient, en effet, explicites. "Tu bandes là? Mdr", lui demandait-il par exemple, le 10 mars 2013. Le jeune homme affirmant que "oui", l'animateur répondait alors "Hummm".

Second témoignage à charge

Le second jeune homme concerné par cette procédure n’avait, lui, jamais été fasciné par Jean-Marc Morandini. Interrogé en septembre 2016 par les enquêteurs, il a expliqué avoir rencontré l’animateur en 2009, à l’occasion d’un casting pour un remake du film américain Ken Park.

Après avoir, dans un premier temps, refusé de se déshabiller, l’adolescent de 16 ans se retrouve alors entièrement nu devant l’animateur, visiblement insistant, qui le prend en photo. C'est pour ces faits que Jean-Marc Morandini doit donc être jugé.

Visé par une ordonnance rendue par un juge d'instruction en 2020, il avait saisi la cour d'appel en 2021 pour tenter de la faire annuler, expliquant que pour lui "la nudité [n'était] pas un tabou", mais n'y était pas parvenu.

L'animateur doit aussi être jugé pour "harcèlement sexuel"

Début 2022, l'animateur a également été renvoyé devant la justice pour "harcèlement sexuel" et "travail dissimulé" dans une autre affaire: celle des castings controversés de la web-série Les Faucons.

D'après l'enquête, l'animateur avait mis au point un personnage fictif afin d'approcher de jeunes acteurs et les faire tourner dans des vidéos à caractère sexuel. La date de ce procès n'est cependant pas encore connue.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles