Publicité

Italie: un joggeur tué par trois rottweilers alors qu'il courait en forêt

Un simple jogging à l'issue tragique. Paolo Pasqualini, 39 ans, a été tué par trois chiens rottweilers qui l'ont attaqué alors qu'il courait dimanche 11 février dans une forêt de la ville de Manziana, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Rome, rapporte le quotidien italien Corriere della Sera.

Deux personnes présentes à proximité de l'attaque ont appelé les secours. L'un d'entre eux a par ailleurs tenté de venir en aide à la victime mais a été à son tour pris pour cible, sans toutefois subir de blessures. Il était 8h30 lorsque les secours sont arrivés sur place et ont découvert Paolo Pasqualini gisant au sol, le visage, le cou et les bras bardés de morsures. Le joggeur a ensuite rapidement été déclaré mort.

Les chiens qui étaient restés un moment dans les parages ont ensuite pris la fuite avant d'être retrouvés et neutralisés à l'aide de munitions sédatives. Ils ont ensuite été transférés dans un établissement vétérinaire dans l'attente d'une décision des autorités quant au sort qui doit leur être réservé. Les vétérinaires mènent également des examens pour savoir si les chiens peuvent être atteints d'une maladie comme la rage.

Risque de poursuites pour homicide involontaire

Le parquet de Civitavecchia a ouvert une enquête et étudie la question du caractère criminel de l'attaque, dans la mesure où les trois chiens provenaient du domicile d'une habitante de la commune. Selon l'une des occupantes du domicile, les rottweilers se sont échappés de chez elle, ce qui n'était jamais arrivé auparavant, et elle assure qu'elle n'avait jusqu'ici jamais eu de problèmes avec ces chiens.

Les propriétaires pourraient encourir des poursuites judiciaires pour encadrement insuffisant d'animaux dangereux ainsi que pour homicide involontaire.

Selon sa sœur, Prisicilla, Paolo Paolini "aimait le sport et le chant" et avait décidé de reprendre des études pour devenir éducateur sportif, lui qui occupait jusqu'ici un poste de chef de rayon dans un supermarché. "Il étudiait et m'avait demandé de l'aide parce que j'étudie la médecine", raconte-t-elle au journal La Reppublica.

Article original publié sur BFMTV.com