Publicité

Israël annonce la saisie de 800 hectares de terres en Cisjordanie occupée

Le gouvernement israélien a annoncé ce vendredi 22 mars la saisie de 800 hectares de terres dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée, le jour même d'une visite du secrétaire d'État américain, Antony Blinken, en Israël.

Selon l'organisation israélienne anti-colonisation La Paix Maintenant, il s'agit de la plus importante saisie de terres en territoire palestinien depuis les accords de paix d'Oslo (1993).

Une colonisation illégale selon le droit international

Figure de l'extrême droite israélienne et du mouvement de colonisation de la Cisjordanie, le ministre des Finances Bezalel Smotrich a annoncé "la déclaration d'environ 8.000 dounams (800 hectares, NDLR) comme terres domaniales (de l'Etat d'Israël) dans la vallée du Jourdain", selon un communiqué de ses services.

Il s'agit "d'une nouvelle mesure spectaculaire et importante pour la colonisation" juive en Cisjordanie, ajoute le texte.

La colonisation israélienne en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est, annexée) est illégale au regard du droit international, rappelle régulièrement l'ONU, qui dénonce toute l'entreprise de colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés comme un des principaux obstacles à l'établissement d'une paix définitive entre Israël et les Palestiniens.

Dans un communiqué, l'ONG La Paix Maintenant qualifie de "provocation" la date retenue pour cette annonce, concomitante avec la visite d'Antony Blinken.

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et Bezalel Smotrich "sont déterminés à se battre contre le monde entier et contre les intérêts du peuple israélien au profit des intérêts d'une poignée de colons qui reçoivent des milliers de dounams comme s'il n'y avait aucun conflit politique à résoudre, ni aucune guerre à finir", ajoute l'organisation.

"Crime de guerre"

Antony Blinken a rencontré Benyamin Netanyahu vendredi à Tel-Aviv sur fond de profondes divergences entre le gouvernement israélien et Washington, son premier soutien international, à propos de la conduite de la guerre qu'Israël mène à Gaza depuis l'attaque lancée le 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a fait plus de 1.160 morts côté israélien.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas et lancé une vaste offensive qui a fait jusqu'ici près de 32.000 morts à Gaza, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste.

Alors que la violence s'intensifie en Cisjordanie à l'ombre de la guerre à Gaza, les États-Unis, ont pris des sanctions financières contre certains colons israéliens qualifiés d'"extrémistes".

"Au moment où certains en Israël et dans le monde cherchent à saper notre droit à la Judée-Samarie (la Cisjordanie, NDLR), nous promouvons l'installation des implantations par un travail acharné et de manière stratégique dans tout le pays", et "cette annonce permettra de continuer à construire et à renforcer la vallée du Jourdain", a déclaré Bezalel Smotrich, selon le communiqué de son bureau.

L'établissement et l'expansion de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés relèvent "du crime de guerre" et "risquent d'éliminer toute possibilité pratique d'établir un État palestinien viable", a mis en garde le 8 mars un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme.

Article original publié sur BFMTV.com