Publicité

Les États-Unis sanctionnent à nouveau des colons israéliens en Cisjordanie

Les États-Unis ont annoncé ce jeudi 14 mars de nouvelles sanctions visant des colons israéliens en Cisjordanie, les accusant de "saper la stabilité" du territoire palestinien occupé par Israël.

Ces nouvelles sanctions visent à "faire rendre des comptes à ceux qui perpétuent les violences et provoquent des troubles en Cisjordanie", a déclaré dans un communiqué Matthew Miller, porte-parole du département d'État américain.

Trois individus visés

Le département du Trésor précise que ces sanctions visent trois individus, Zvi Bar Yosef, Neriya Ben Pazi et Moshe Sharvit, qui selon Washington sont de jeunes citoyens israéliens qui vivent en Cisjordanie. Les sanctions de jeudi visent aussi deux communautés agricoles, "Moshes farm" et "Zvis farm". Les entités visées voient leurs avoirs gelés et, plus globalement, sont interdites de faire des affaires avec des Américains.

Lors de l'annonce d'une première vague de sanctions début février, le président Joe Biden avait dénoncé les violences "intolérables" de colons israéliens, constituant une "menace grave pour la paix, la sécurité et la stabilité" de la région selon lui.

Depuis l'attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre, et l'opération militaire israélienne lancée en représailles dans la bande de Gaza, la situation s'est encore plus tendue en Cisjordanie où au moins 430 Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats ou de colons israéliens, selon l'Autorité palestinienne. Au moins 17 soldats ou civils israéliens ont été tués dans des attaques, selon les autorités israéliennes.

26 nouvelles colonies sauvages en 2023

"Il n'y a aucune justification pour la violence d'extrémistes visant des civils ou forçant des familles à quitter leur chez eux, quelle que soit leur nationalité, leur ethnicité (...) ou leur religion", a déclaré le porte-parole américain.

L'an dernier, 26 colonies sauvages, non reconnues par Israël, sont apparues en Cisjordanie, un record, selon l'ONG "La paix maintenant", pour qui les colons sanctionnés par plusieurs pays occidentaux sont "l'arbre qui cache une forêt bien plus grande" de la colonisation israélienne de la Cisjordanie. Sur les 26, une dizaine ont été établies après le 7 octobre.

Dans un point presse plus tard jeudi, Matthew Miller a tenu à ajouter qu'il était "essentiel" qu'"Israël mette en place des actions supplémentaires pour mettre fin à la violence des colons et fasse rendre des comptes aux responsables".

Article original publié sur BFMTV.com