Publicité

"Il a instauré un climat de terreur", Belmadi critiqué pour son attitude et sa communication après la déroute de l’Algérie

Au lendemain du fiasco, tous les Fennecs en prennent pour leur grade. Mais Djamel Belmadi est celui qui cristallise le plus de rancœur. Le sélectionneur de l’Algérie essuie une énorme vague de critiques après l’élimination de son équipe dès le premier tour de la Coupe d’Afrique des nations 2024. Déjà accrochés par l’Angola (1-1) et le Burkina Faso (2-2), les coéquipiers de Riyad Mahrez se sont inclinés mardi face à la Mauritanie (1-0). Comme lors de la précédente édition (en 2022 au Cameroun), ils quittent la compétition en terminant derniers de leur groupe, sans aucune victoire. Un échec retentissant, qui s’ajoute à la non-qualification pour la Coupe du monde au Qatar (après un barrage traumatisant face au Cameroun), attribué en grande partie à Djamel Belmadi.

"Cette équipe d’Algérie, depuis la pause Covid, n’est portée que par ses individualités, s’agace Hamza Rahmani, membre de l’After Foot sur RMC. On parle beaucoup de la défaite face au Cameroun, mais avant ce barrage, il y a eu des matchs face au Niger, à Djibouti ou au Burkina Faso. Et à l’époque, ce sont les individualités qui ont porté l’Algérie et qui ont sauvé cette sélection, Youcef Belaïli notamment, mais pas seulement (…) Cette équipe est incapable d’avoir un projet de jeu cohérent, d’amener le ballon d’un point A à un point B. Cette équipe, avec le même sélectionneur, est incapable de jouer et de proposer quoi que ce soit."

"Parle football! Parle ballon!"

Au-delà du triste spectacle et de ses mauvais résultats, Djamel Belmadi, qui avait mené l’Algérie au sacre lors de la CAN 2019, est pointé du doigt pour son attitude et sa communication. "Ce qu’on a vu en conférence de presse après le match contre la Mauritanie, c’est du Djamel Belmadi dans le texte. C’est: ‘Les ennemis du peuple, les ennemis de l’Algérie contre moi. Moi, je suis seul face au monde. Moi, je défends l’Algérie. Vous, vous ne défendez pas l’Algérie’, peste Hamza Rahmani, qui commente aussi la CAN 2024 sur beIN Sports. Ok, peut-être que toutes les analyses ou les questions ne sont pas bonnes à entendre. Mais depuis des années, Djamel Belmadi surfe sur cette Coupe d’Afrique 2019 qu’il a remportée brillamment. Depuis, il a instauré un climat de terreur lors des conférences de presse."

"Ses conférences de presse sont soporifiques. Pourquoi? Parce qu’aucun journaliste algérien n’ose lui rentrer dedans sur des questions sportives, poursuit le spécialiste du football africain. Lorsqu’on lui pose des questions sur le jeu, il ne répond pas par le jeu. Il va dire: ‘Excuse-moi monsieur le journaliste, tu n’as pas le physique d’un ancien joueur de foot, j’imagine que tu n’as jamais joué au foot’. Et lorsque ces mêmes journalistes vont parler hors football, il va dire: ‘Ah oui, mais vous ne parlez jamais de terrain, vous ne parlez jamais de sport, ce qui vous intéresse, ce sont les à-côtés’. On l’a encore vu cette fois. C’est la même rengaine, ‘Tel journalise est contre moi’… Parle ballon! Parle football! Belmadi ne le fait jamais..."

Article original publié sur RMC Sport