Publicité

CAN 2024: "il nous l'a faite à l'envers", la grosse colère d'un supporteur de l'Algérie contre Belmadi dans l'After

"Demain, je ne vais pas au travail, parce que là je ne suis pas bien. Je crois que tous les Algériens ne sont pas bien, que cela soit de Marseille, de Lyon, de toute la France". Le nouveau fiasco des Fennecs, éliminés dès le 1er tour de la CAN 2024, fait de nombreux émus. Quelques instants après la défaite fatale contre la Mauritanie ce mardi soir (0-1), un supporter de l’Algérie témoigne sa tristesse et sa colère dans l’After Foot, ce mardi soir sur RMC.

"On a un coach racaille"

"C’est une honte. On a joué contre des joueurs de National 2, National 3", soupire-t-il. "On a joué contre des boulangers, des pâtissiers, mais au moins ils ont mouillé le maillot. Ils ont eu un jeu cohérent avec un coach sérieux (Amir Abdou). Il avait fait un bon parcours avec les Comores. Nous, on se voit trop beaux depuis des années. On a un coach racaille, qui se prend pour je ne sais qui, qui est sur le bord du terrain et qui n’arrête pas de se chamailler avec lui-même, avec l’arbitre".

"Franchement, j’ai peur pour sa santé", ironise-t-il ensuite au sujet de l’attitude de l'entraîneur algérien. "Quand on voit sur le bord de la touche, on a l’impression qu’il va faire un AVC. Lui, ses excuses, c’est toujours la température, là on a joué le soir, c’est le climat, la pelouse (...) Même pas fichus de gagner un match contre le Burkina, l’Angola, la Mauritanie. La dernière fois il nous l'a faite à l’envers en disant 'c’est le peuple qui veut que je reste sélectionneur’. Là, non, tu ne nous la fais pas".

Pour rappel, l’Algérie n’était déjà pas parvenue à passer la phase de poule lors de la dernière édition, où elle avait aussi terminé dernière d'un groupe composé de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Équatoriale et de la Sierra Leone. Quelques semaines plus tard, la sélection avait échoué à se qualifier pour la Coupe du monde, battue par le Cameroun en barrages avec un but encaissé dans le temps additionnel de la prolongation.

"La république du copinage"

"Il est déjà au Qatar, il pourra faire la fête avec ses joueurs qu’il a sélectionnés depuis des années, la république du copinage qu’on assiste en Algérie", conclut le supporter sur son sélectionneur, avant de faire référence à ses passes d’arme avec la presse. "Je plains les journalistes algériens qui, des fois, pour des simples questions, ont été ridiculisés par Belmadi simplement parce qu’ils faisaient leur métier... Aujourd’hui, il le paye".

Article original publié sur RMC Sport