Incendies en Gironde: nouvelles évacuations en cours, les prochaines heures "extrêmement difficiles"

Des pompiers tentent de circonscrire un incendie, le 17 juillet 2022 à Louchats (Gironde) - THIBAUD MORITZ © 2019 AFP
Des pompiers tentent de circonscrire un incendie, le 17 juillet 2022 à Louchats (Gironde) - THIBAUD MORITZ © 2019 AFP

Six jours plus tard, la situation n'en finit plus de se dégrader. De nouvelles évacuations étaient en cours dimanche soir en Gironde devant l'avancée du feu qui reprenait sa course folle, rendant le travail des pompiers "extrêmement difficile" face aux gigantesques incendies qui ont ravagé plus de 12.000 hectares de végétation.

Sur le secteur de Landiras, les "autorités procèdent à l'évacuation des habitants de la commune de Cabanac (soit) 2100 personnes", écrit la préfecture sur Twitter. Selon les pompiers, ces nouvelles évacuations préventives portent à "16.200" le nombre et vacanciers qui ont dû plier bagages en urgence depuis mardi.

A la Teste-de-Buch, "la situation se dégrade. Le feu est arrivé à la mer et se dirige vers le sud", poursuit dans un second tweet la préfecture, qui appelle à être "extrêmement prudent".

Darmanin annonce du renfort

Sur les réseaux sociaux, des internautes ont publié des photos et vidéos, prises depuis la mer de cet immense brasier "haut de 30 mètres" dévorant la plage de la Lagune, au sud de la dune du Pilat.

"De gros moyens sont en train d'être déployés sur le secteur. Le feu ne devrait toutefois pas atteindre le département des Landes car le vent devrait tourner vers l'ouest et le nord", signale à l'AFP le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse.

En début de soirée, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a d'ailleurs annoncé un renforcement des "moyens de lutte contre les feux de forêt" sur place; entre autres, seront envoyés trois avions et 200 sapeurs-pompiers supplémentaires à partir de ce soir.

Les prochaines heures s'annoncent comme "les plus difficiles" que devront affronter les soldats du feu depuis le début des incendies.

"Le feu est très, très virulent. Les conditions météorologiques sont extrêmes: la température, le vent l'hygrométrie: tous les paramètres sont les pires possibles", souligne le porte-parole des pompiers "pessimiste".

1700 pompiers mobilisés

Depuis la début des incendies girondins, la surface totale partie en fumée représente la superficie de Paris, "soit 105 km2", selon l'ingénieur spécialiste du traitement de données informatiques, Guillaume Rozier, contacté par l'AFP.

"La forêt est un bien majeur. Ce qui se passe ici est sans doute une catastrophe environnementale. Elle nécessite qu'on ne verse pas seulement des larmes mais qu'on prenne derrière des solutions", a déclaré à la presse dimanche matin le président du Sénat Gérard Larcher, venu à la rencontre des pompiers au poste de commandement opérationnel de la Teste-de-Buch, avant de se rendre à Landiras.

Sur l'ensemble des deux fronts, 1700 soldats du feu sont mobilisés, appuyés par des bombardiers d'eau (3 Canadair et 2 Dash).

A ce sujet, un syndicat de pilotes de l'aviation civile, à la lutte contre les feux de forêts en Gironde, a demandé dimanche plus d'avions et de personnel disponibles tandis que la Sécurité civile reconnaissait de son côté une situation "tendue" mais soulignait l'augmentation à venir des moyens matériels et humains.

De même, de nombreux pompiers venus de toute la France arrivaient dimanche en renfort, notamment dans les casernes de la métropole girondine, pour permettre aux sapeurs-pompiers formés aux feux de forêts de rejoindre le reste des troupes sur place.

Jeudi, la vigilance "feux de forêt" était montée d'un cran en Gironde passant en rouge (échelle 4/5), comme dans les Landes vendredi. Ces feux, qui n'ont pas fait de victime, se sont déclenchés au début de la vague de chaleur qui touche la France depuis le début de semaine.

Celle-ci devrait atteindre son pic lundi, a annoncé dimanche Météo France qui a placé quinze départements, en majorité sur la façade ouest de la France et dont la Gironde, en "vigilance rouge".

Le pic de cette 45e vague de chaleur recensée en France depuis 1947 est attendu lundi, avec des "ribambelles de records", notamment en Bretagne et dans les Landes.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles