Incendies : 370 hectares brûlés dans le Gard, la Gironde de nouveau en vigilance rouge

This image taken from a car window along a highway on July 31, 2022, shows thick white smoke from a fire near Aubais, southern France. - According to the French Interior Minister, the fire has taken out 200 hectares and injured four firefighters. (Photo by Benjamin GALY / AFP)
BENJAMIN GALY / AFP This image taken from a car window along a highway on July 31, 2022, shows thick white smoke from a fire near Aubais, southern France. - According to the French Interior Minister, the fire has taken out 200 hectares and injured four firefighters. (Photo by Benjamin GALY / AFP)

BENJAMIN GALY / AFP

Les voitures circulant sur l’autoroute surpris par un incendie à Aubais, dans le Gard, le 31 juillet 2022.

INCENDIES - La France continue de brûler. De nouveaux incendies ont touché le sud-est de la France dimanche, avec 350 hectares partis en flammes dans le Gard et 35 hectares près de Marseille provoquant des fermetures partielles des autoroutes. Le tout, alors qu’une nouvelle vague de chaleur va toucher le pays à partir de ce lundi 1er août.

« Quatre sapeurs-pompiers sont blessés », a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans un tweet à propos de deux feux qui se sont déclarés vers 15 heures dans une pinède sur la commune d’Aubais (2 000 habitants), au sud de Nîmes. Le Gard est placé en risque extrême incendie et sera en vigilance orange canicule à partir de lundi midi comme quatre autres départements du Sud-Est (Drôme, Ardèche, Vaucluse, Pyrénées-Orientales).

L’un des pompiers, « blessé grave », a été évacué par hélicoptère au Centre hospitalier de Montpellier pour des brûlures aux mains et au visage, les trois autres, plus légèrement blessés, ont été victimes d’un « coup de chaud » à la suite d’un retournement des flammes par le vent qui a en partie détruit leur véhicule, a précisé à l’AFP le colonel Agrinier qui coordonne les opérations sur place. Le pronostic vital du pompier hospitalisé n’est pas engagé.

L’A9 rouverte à la circulation

L’un des feux a été rapidement maîtrisé. À 22 heures, l’évolution de l’autre incendie était « favorable » grâce « à un vent qui a fortement baissé et qui souffle dans le même sens », a précisé le commandant William Borelly, chargé de la communication. Dans l’après-midi des rafales de Mistral et Tramontane avaient soufflé jusqu’à 60 km/h sur un terrain sec.

« Nous avons bon espoir d’arriver à fixer (contenir) le feu d’ici demain », a ajouté William Borelly, même si à la tombée de la nuit, les avions et l’hélicoptère bombardiers d’eau ont dû arrêter leurs largages. 530 pompiers et 170 engins sont engagés, précisait la préfecture dans un communiqué publié à 22 h 30 dimanche. Elle précisait que « l’intensité du feu baiss(ait) rapidement », mais que l’incendie n’était pas « fixé ».

Quelques évacuations préventives ont été effectuées dans des quartiers d’Aubais et une salle polyvalente a été ouverte dans le village pour accueillir ces habitants, ont précisé la préfecture et les pompiers à l’AFP. Deux maisons ont été « touchées » par les flammes ainsi que deux hangars, selon les pompiers. Une voiture de gendarme a également été brûlée.

Par mesure de sécurité, l’A9, qui dessert notamment l’Espagne, avait été fermée dans les deux sens de circulation sur une dizaine de kilomètres entre Lunel et Gallargues en raison des fumées. Elle a rouvert à 19 h 30, a annoncé la société d’autoroute Vinci.

Dans les Bouches-du-Rhône, le nouvel incendie a été fixé

Dans les Bouches-du-Rhône, à une vingtaine de kilomètres de Marseille, un feu qui s’est déclaré en fin d’après-midi à hauteur des Pennes-Mirabeau, a été « fixé » dans la soirée après avoir parcouru 35 hectares, a indiqué à l’AFP le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) à 22 heures. Quelque 200 maisons menacées par les flammes ont été protégées.

« Un épais panache de fumée était visible au-dessus de l’autoroute A7 », qui a été coupée pendant plusieurs heures provoquant des bouchons en ce week-end de chassé-croisé des vacanciers, a constaté une journaliste de l’AFP. À 22 heures l’autoroute avait été rouverte, mais pas sur l’ensemble des voies.

La France a déjà été frappée par plusieurs incendies d’ampleur depuis le début de l’été. Près de 21 000 hectares ont été ravagés en Gironde tandis que 1 600 hectares ont brûlé dans un incendie en Provence, au sud d’Avignon, mi-juillet. Le département de la Gironde est de nouveau en vigilance rouge ce lundi 1er août pour le risque de feux en forêt. La circulation des personnes et des véhicules en forêt entre 14 heures et 22 heures.

Un feu à Mano dans les Landes, près de Landiras

Dans les Landes, à la frontière avec la Gironde, un incendie a démarré à Mano, à une trentaine de kilomètres de Landiras, secteur ravagé par l’un des deux incendies qui a aussi frappé la Teste-de-Buch mi-juillet. À Mano, 150 hectares de pins ont été brûlés et une quarantaine de personnes ont été évacuées, a indiqué la préfecture du département dans la nuit de dimanche à lundi. Ce sinistre « toujours en cours » n’a « à ce stade », touché « aucune habitation » du village.

Un important dispositif a été déployé pour maîtriser le feu dans ce secteur de la forêt des Landes de Gascogne avec la présence de 240 sapeurs-pompiers des Landes et de renforts extérieurs de la Gironde et d’Île-de-France, appuyés par un avion Dash et un hélicoptère. « Plusieurs largages » ont été effectués par les moyens aériens, selon la préfecture. À 23 heures, le feu était « contenu mais toujours en évolution », a indiqué la préfecture à Sud-Ouest.

« À titre préventif, une quinzaine de maisons ont été évacuées soit une quarantaine de personnes, accueillies en majorité par la famille ou des amis. Une solution de mise à l’abri est également proposée par la mairie de Sabres en cas de besoin », a ajouté la préfecture précisant que « les évacuations se sont déroulées dans le calme ».

Une vingtaine de gendarmes sont également engagés pour sécuriser les abords. Plusieurs axes routiers ont été coupés : la RD 651 dans les deux sens vers Belhade et Hostens ainsi que la RD 316 dans le sens Mano-Saint-Symphorien et la RD 348 dans le sens Mano-Biganos. La préfecture demande d’« éviter le secteur » et « de ne pas relayer de fausses informations ».

Si les étés sont secs dans le Sud, avec le réchauffement climatique, l’intensité de ces épisodes de sécheresse risque encore d’augmenter, selon les experts de l’ONU pour le climat. En France, avec le réchauffement climatique, « l’activité (des feux) va s’intensifier dans les zones où elle est déjà forte, dans le Sud-Est », avait souligné Jean-Luc Dupuy, expert à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) fin juin.

À voir également aussi sur le Huffpost : Face à la sécheresse, des « inspecteurs de l’environnement » tentent de protéger l’eau

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles