Inès Reg réagit à l'insulte de Valérie Trierweiler dans Pékin Express : on ne s'attendait pas à cette réponse !

Pas de doute, les célébrités qui composent le casting de Pékin Express, duos de choc ne sont pas venues simplement pour kiffer et se montrer. Tous les candidats sont bien là pour gagner le plus d'argent possible pour leur association. A tel point que quelques embrouilles ont eu lieu. La plus violente ? Celle entre Valérie Trierweiler et sa pote Karine d'un côté, et Inès Reg et sa soeur, de l'autre. L'ex-Première dame a même insulté le duo. En pleine épreuve, après s'être mangé le drapeau rouge, elle a balancé "Elles nous attendaient les sal*pes !". Et forcément, ça a fait halluciner tout le monde.

Mais qu'en ont pensé Inès Reg et Anaïs ? Lors d'un live sur Instagram, celle qui partage la vie du célèbre Kevin a révélé l'avoir découvert devant sa télé : "Nous avons découvert avec ma soeur, comme vous tous, que nous étions des salopes" commence-t-elle. Mais ne vous attendez pas à ce que ça parte en clash pour autant. Inès Reg préfère calmer le jeu : "pensez à vos parties de Uno. Vous n'avez jamais insulté vos maris ? C'est dans le jeu". D'ailleurs, une fois l'épreuve passée, les deux duos n'étaient plus en guerre.

>> Pékin Express : pourquoi on ne voit jamais les candidats utiliser leur euro par jour ? Stéphane Rotenberg nous répond <<

Une séquence coupée à l'origine de tout ça

Cette petite tension n'est pourtant pas sortie de nulle part. Tout a en fait...

Lire la suite


À lire aussi

Ahmed et Tarik (Pékin Express 2022) : cet objet mythique qu'ils ont volé sur le tournage (Interview)
Pékin Express, duos de choc : Valentin Léonard jugé insupportable, il réagit, "j'en suis tout à fait conscient"
Inès Reg (Pékin Express) tacle le feat d'Aya Nakamura avec Damso : "ça m'offusque à un point..."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles