"I can't breathe" : un homicide semblable à celui de George Floyd révélé aux Etats-Unis

La mère de Manuel Ellis, Marcia Carter-Patterson, lors d'une veillée organisée à Tacoma (Photo by David Ryder/Getty Images)

En plein mouvement contestataire après la mort de George Floyd, les États-Unis sont de nouveaux secoués par les mots d’un homme noir mort lors de sa détention : “je ne peux pas respirer”.

Il s’appelle Manuel Ellis, il était père de deux enfants et musicien dans une église à Tacoma, état de Washington. Le 3 mars dernier, il est mort de contention physique et de privation d’oxygène à la suite d’une arrestation, révèle un rapport rendu public ce mercredi et relayé par le prestigieux New York Times. Le rapport dirigé par le détective Troyer termine d’une tragique conclusion : le décès de M. Ellis est un homicide. Alors que les Etats-Unis s’embrasent suite à la mort de George Floyd sous le genou du policier Derek Chauvin, c’est un mot qui pèse lourd.

I can’t breathe!

Les circonstances de la mort de Manuel Ellis sont racontées par le détective Troyer. Cette nuit-là, Manuel Ellis est interpellé pour avoir frappé à la vitre d’une voiture. Il met un policier à terre avant d’être maîtrisé et menotté par quatre autres agents. Alors qu’il ne semble pas y avoir usage d’une méthode similaire à celle utilisée à Minneapolis, ou à Paris jeudi dernier, M. Ellis crie “je ne peux pas respirer”. “Dès qu’ils ont entendu ces mots, les policiers ont appelé une aide médicale” déclare le détective Troyer. Elle arrive quatre minutes plus tard, mais ce ne sera pas assez rapide : après 40 minutes de soins, Manuel Ellis est officiellement déclaré mort.

Une enquête compliquée

L’homme de 33 ans est décédé d'un arrêt respiratoire, d'une hypoxie et d'une contention physique, selon le rapport du médecin légiste. Le rapport mentionne également, comme facteurs contributifs, l'intoxication à la méthamphétamine et une maladie cardiaque. Fort de toutes ces informations, le détective Troyer va présenter son rapport au procureur “à la fin de cette semaine ou au début de la semaine prochaine." La maire de Tacoma, Victoria Woodards, a assuré qu'elle prendrait les mesures nécessaires suite aux conclusions de l'enquête. Quant au gouverneur de l’état de Washington, Jay Inslee, il a déclaré que le sujet était une priorité absolue : "Nous allons nous assurer qu'il y ait une enquête complète sur cet incident", a-t-il affirmé.

Une enquête qui, dans le contexte actuel, s’annonce hautement périlleuse.