Guerre en Ukraine : sur les chars Leopard, Kiev dénonce « l’indécision » des alliés occidentaux

This handout picture taken and released on January 11, 2023 by the Ukranian Presidential Press Service shows Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy attends a coordination meeting on the state border protection in the northwestern regions of Ukraine in the western city of Lviv, amid the Russian invasion of Ukraine. (Photo by HANDOUT / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT
HANDOUT / AFP This handout picture taken and released on January 11, 2023 by the Ukranian Presidential Press Service shows Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy attends a coordination meeting on the state border protection in the northwestern regions of Ukraine in the western city of Lviv, amid the Russian invasion of Ukraine. (Photo by HANDOUT / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HANDOUT / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

GUERRE EN UKRAINE - Les alliés de l’Ukraine encore un peu plus mis sous pression. Kiev a déploré, par la voix d’un conseiller à la présidence ukrainienne ce samedi 21 janvier, « l’indécision générale » des Occidentaux qui se sont refusés la veille à lui fournir des chars lourds.

« L’indécision de ces jours tue encore plus de nos concitoyens », a regretté Mykhaïlo Podoliak sur Twitter, appelant les alliés de Kiev à « penser plus vite ». « Vous aiderez l’Ukraine avec les armes nécessaires de toute façon et réaliserez qu’il n’y a pas d’autre option pour mettre fin à la guerre », a-t-il plaidé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ce samedi, c’était surtout l’Allemagne qui est pointée du doigt par d’autres alliés européens de Kiev après avoir pris la décision de ne pas livrer ses chars lourds à l’Ukraine à ce stade. Dans une rare critique publique, les ministres des Affaires étrangères des pays baltes ont exhorté samedi matin Berlin « à fournir dès maintenant des chars Leopard à l’Ukraine ».

Nouvelle aide substancielle mais pas de chars lourds

« Cela est nécessaire pour arrêter l’agression russe, aider l’Ukraine et rétablir rapidement la paix en Europe » a déclaré le ministre letton des Affaires étrangères Edgars Rinkevics, soulignant que « l’Allemagne, en tant que première puissance européenne a une responsabilité particulière à cet égard ».

Réunis à Ramstein en Allemagne, les alliés de l’Ukraine ont annoncé vendredi de nouvelles livraisons d’armes substantielles à ce pays. Ils ne sont pas parvenus cependant à s’entendre sur la livraison de chars lourds, douchant les espoirs de Kiev qui les réclame instamment.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a, lui, regretté dès vendredi soir la position prudente de l’Allemagne, se disant convaincu qu’« il n’y a pas d’autre solution » pour ses alliés occidentaux que de livrer des chars à son armée. Les critiques directes envers Berlin sont également venues d’un sénateur républicain américain, Lindsey Graham, à l’issue d’une visite à Kiev vendredi.

« J’en ai assez du ’show merdique’ autour de qui va envoyer des chars et quand », a-t-il fustigé sur Twitter. « Aux Allemands : envoyez des chars en Ukraine car ils en ont besoin. (...) À l’administration Biden : envoyez des chars américains pour que d’autres suivent notre exemple ».

Dernier hommage à Denys Monastyrsky

Cité par La Voix de l’Amérique, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a pour sa part indiqué que des soldats ukrainiens allaient malgré tout s’entraîner prochainement sur des Leopard en Pologne : « On va commencer avec ça, et on verra pour la suite », a-t-il déclaré.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a également temporisé, soulignant qu’il y avait toujours « une fenêtre d’opportunité entre maintenant et le printemps » pour livrer des chars occidentaux.

Selon la Russie, l’envoi de tels engins ne changeraient rien sur le terrain, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov accusant les Occidentaux d’entretenir de fait l’« illusion » d’une possible victoire ukrainienne.

Mais pour nombre d’experts toutefois, des chars lourds modernes seraient un réel avantage pour Kiev dans les batailles dans l’Est de l’Ukraine, où la Russie reprend l’offensive après avoir subi de lourds revers à l’automne.

Ukrainian President Volodymyr Zelensky (L) offers relatives his condolences during the funeral ceremony of Ukrainian Interior Minister Denys Monastyrsky and other employees of his department at the Ukrainian House in Kyiv on January 21, 2023. - Ukrainian Interior Minister Denys Monastyrsky died in a helicopter crash in Brovary on January 18, 2023. Fourteen people were killed, other ministry officials and a child. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)
SERGEI SUPINSKY / AFP Ukrainian President Volodymyr Zelensky (L) offers relatives his condolences during the funeral ceremony of Ukrainian Interior Minister Denys Monastyrsky and other employees of his department at the Ukrainian House in Kyiv on January 21, 2023. - Ukrainian Interior Minister Denys Monastyrsky died in a helicopter crash in Brovary on January 18, 2023. Fourteen people were killed, other ministry officials and a child. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)

Par ailleurs à Kiev, Volodymyr Zelensky et Olena Zelenska, ainsi que de nombreux dirigeants ukrainiens rendaient ce samedi matin un dernier hommage au ministre de l’Intérieur, Denys Monastyrsky, décédé mercredi dans un crash d’hélicoptère avec 13 autres personnes. « Gloire à nos héros », ont lancé en cœur les personnes présentes, à l’issue du discours d’un modérateur.

À voir également sur Le Huffpost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi