Guerre en Ukraine : Amnesty International pointe la mise en danger des civils ukrainiens

Ukrainian servicemen load with rockets a Bureviy multiple launch rocket system at a position in Kharkiv region, as Russia's attack on Ukraine continues, Ukraine August 4, 2022.  REUTERS/Sofiia Gatilova
STRINGER / REUTERS Ukrainian servicemen load with rockets a Bureviy multiple launch rocket system at a position in Kharkiv region, as Russia's attack on Ukraine continues, Ukraine August 4, 2022. REUTERS/Sofiia Gatilova

STRINGER / REUTERS

Des militaires ukrainiens chargent de roquettes un système de fusées à lancement multiple Bureviy dans la région de Kharkiv, alors que l’attaque de la Russie contre l’Ukraine se poursuit.

GUERRE EN UKRAINE - Des critiques qui ne passe pas à Kiev. Le président Volodymyr Zelensky a dénoncé ce jeudi 4 août le rapport de l’ONG Amnesty International, qui accuse Kiev de mettre en danger la vie des civils, dans la guerre avec la Russie.

Dans ce rapport publié ce jeudi après une enquête de quatre mois, Amnesty International a accusé l’armée ukrainienne d’établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques depuis des zones peuplées, une tactique qui viole selon elle le droit humanitaire international.

« Nous avons réuni des informations sur de nombreux cas où les forces ukrainiennes ont mis en danger des civils et violé les lois de la guerre en opérant dans des zones habitées », a déclaré Agnès Callamard, la secrétaire générale de l’ONG. « Le fait de se trouver dans une position de défense ne dispense pas l’armée ukrainienne de respecter le droit international humanitaire », ajoute-t-elle.

Pour réaliser ce rapport (entre avril et juillet) une équipe de recherche d’Amnesty International a enquêté sur les frappes russes dans les régions de Kharkiv, du Donbass et de Mykolaïv. « Nous avons inspecté les sites de frappes, interrogé des victimes, des témoins et des proches de victimes des attaques, et recouru à la télédétection et analysé des armes », précise Amnesty International.

Zelensky dénonce un raport qui transforme l’aggresseur en victime

Amnesty International « transfère la responsabilité de l’agresseur à la victime », a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans sa déclaration vidéo quotidienne, accusant l’ONG de « tenter d’amnistier l’État terroriste » de Russie.

« L’agression contre notre État est injustifiée, invasive et terroriste. Si quelqu’un rédige un rapport dans lequel la victime et l’agresseur sont d’une certaine manière mis sur un pied d’égalité, si certaines données sur la victime sont analysées et que les actions de l’agresseur sont ignorées, cela ne peut être toléré », a ajouté Volodymyr Zelensky.

Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, s’était dit « indigné » par les accusations « injustes » d’Amnesty International qui, selon lui, crée « un faux équilibre entre l’oppresseur et la victime, entre le pays qui détruit des centaines et des milliers de civils, de villes, de territoires et le pays qui se défend désespérément ».

Amnesty International a toutefois, dans son rapport, insisté sur le fait que les tactiques ukrainiennes ne « justifient en aucun cas les attaques russes aveugles » qui ont fait « de nombreux morts et blessés parmi la population civile » ukrainienne.

À voir également aussi sur le HuffPost : La Russie va doter sa flotte d’un missile hypersonique Zircon

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles