Publicité

Guerre Israël-Hamas: Josep Borrell estime que supprimer le financement de l'Unrwa serait "dangereux"

Supprimer le financement de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) serait "à la fois disproportionné et dangereux" et "mettrait en danger des centaines de milliers de vies", a déclaré dimanche le chef de la diplomatie européenne.

"L'agence a pris des mesures immédiates et a ouvert une enquête" après qu'Israël a accusé des employés d'implication dans l'attaque du 7 octobre, a souligné Josep Borrell dans un article sur un blog ce samedi 4 février.

"Les allégations contre le personnel de l'Unrwa sont graves et aucun responsable ne devrait rester impuni. Cependant, l'Unrwa a réagi immédiatement et les contrats des membres du personnel accusés ont été résiliés", a-t-il ajouté.

Des financements suspendus

En réaction aux accusations israéliennes, une douzaine de pays, dont d'importants donateurs comme les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Suède ont annoncé suspendre leur financement à l'agence, laquelle s'est dite menacée de devoir cesser ses activités "d'ici fin février".

L'UE avait, elle, réclamé un audit sur le fonctionnement de l'Unrwa, précisant qu'elle déciderait de la suspension de son financement en fonction des résultats de l'enquête ouverte par l'ONU. Josep Borrell s'est dit "convaincu qu'elle sera complétée par le lancement d'une enquête externe indépendante avant que le prochain paiement de la Commission européenne soit dû à la fin du mois".

Un "rôle essentiel"

"L'Unrwa joue un rôle essentiel dans la fourniture d'une aide vitale à plus de 1,1 million de personnes à Gaza souffrant d'une famine catastrophique et d'épidémies", a souligné Josep Borrell.

"Supprimer le financement de l'agence mettrait en danger des centaines de milliers de vies", a-t-il averti.

Actuellement, les fonds suspendus s'élèvent à "plus de 440 millions de dollars, soit près de la moitié des revenus attendus de l'agence en 2024, mettant ainsi en péril son existence même", a souligné Josep Borrell.

L'attaque du 7 octobre a entraîné la mort d'environ 1.140 personnes en Israël, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Quelque 250 personnes ont été enlevées, dont 132 sont toujours retenues en otage à Gaza. En riposte, Israël a juré "d'anéantir" le Hamas, qui gouverne Gaza depuis 2007, et lancé une vaste opération militaire ayant fait 27.365 morts, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste.

Article original publié sur BFMTV.com