Grand Corps Malade, La vie scolaire (France 2) : "On s’est, en partie, inspirés de notre vécu"

Laetitia MONTALEMBERT - © Mandarin Production / Gaumont / Kallouche Cinéma / France 3 Cinéma / F. Marc de Lacharrière

Samia, une jeune CPE originaire de l’Ardèche, découvre son nouveau collège situé à Saint-Denis. Problèmes de discipline, réalité sociale difficile : c'est un choc pour la jeune femme. Si les situtations critiques ne manquent pas, elle apprécie néanmoins la vitalité et l'humour des élèves, et de son équipe de surveillants. Bien épaulée par ses collègues, Samia finit par s'acclimater et tente de venir en aide à Yanis, un adolescent vif et intelligent mais insolent et aux résultats désastreux...

Quels souvenirs gardez-vous de vos années collège ?

Grand Corps Malade : J’y allais pour rigoler avec les copains. On faisait des bêtises, mais rien de grave. Les cours m’intéressaient peu. Je ne comprenais pas à quoi servait une équation…

Avez-vous puisé dans vos souvenirs pour écrire ce film ?

Nous avons tourné dans le collège de mon coréalisateur, Mehdi Idir. Tous deux, avons grandi à Saint-Denis (93). On s’est donc, en partie, inspirés de notre vécu. Nous avons aussi discuté avec la CPE de l’établissement. Elle nous a parlé d’un élève qui volait de la nourriture à la cantine, parce qu’il n’avait rien à manger chez lui. Il y a de la violence, mais aussi beaucoup de pauvreté.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi