Publicité

"Gloire à l'Ukraine": un étudiant russe condamné à de la prison après avoir renommé son réseau Wi-Fi

Un étudiant de l'université d'État de Moscou a été condamné à 10 jours de prison pour avoir donné à son réseau Wi-Fi un nom en soutien aux forces de Kiev, alors que les deux pays sont toujours en guerre.

Un changement de nom de Wi-Fi qui ne passe pas. Un étudiant a été condamné à dix jours de prison en Russie, après avoir renommé son réseau Wi-Fi "Slava Ukraini!", une expression ukrainienne signifiant "Gloire à l'Ukraine!", rapporte ce dimanche 10 mars la BBC. Une originalité peu appréciée par les autorités russes, alors que la guerre dure depuis plus de deux ans entre Kiev et Moscou.

Le jeune homme, étudiant à l'université publique de Moscou, a été reconnu coupable de "démonstration publique de symboles nazis" ou d'exhibition de "symboles d'organisations extrémistes", jeudi 7 mars par un tribunal de la capitale russe, Vladimir Poutine ayant à de nombreuses reprises évoqué un régime "néo-nazi" en Ukraine.

L'étudiant avait été interpellé la veille, après qu'un agent de police a dénoncé le nom de son réseau Wi-Fi auprès des autorités. Sa chambre a ensuite été inspectée par les forces de l'ordre qui ont trouvé sur place un routeur Wi-Fi avec lequel il promouvait l'utilisait de ce slogan des forces ukrainiennes auprès d'autres utilisateurs. L'appareil a été confisqué par les policiers.

Des interpellations régulières

Alors que les combats se poursuivent depuis le 24 février 2022 entre la Russie et l'Ukraine, les partisans de Kiev utilisent régulièrement le slogan "Slava Ukraini!" en soutien aux hommes de Volodymyr Zelensky.

Des citoyens russes sont régulièrement arrêtés voire condamnés à des peines de prison en raison de leurs prises de position concernant la guerre en cours.

Selon Amnesty International, plus de 21.000 personnes ont été ciblées en Russie par des "lois répressives" utilisées par Moscou afin de réprimer les militants anti-guerre.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Européennes: Hayer appelle à un "sursaut" pour "déjouer le scénario du pire"