Publicité

Gaza: Paris réitère son appel à un "arrêt des combats" pour éviter "un désastre"

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé une offensive terrestre sur Rafah, le Quai d'Orsay a renouvelé son appel à arrêters les combats dans la bande de Gaza.

La France, vivement préoccupée après les frappes israéliennes intervenues à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a exhorté ce dimanche 11 février Israël à l'arrêt des combats pour éviter "un désastre".

"Une offensive israélienne à grande échelle à Rafah créerait une situation humanitaire catastrophique d'une nouvelle dimension et injustifiable", a réagi le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères Christophe Lemoine.

"Afin d'éviter un désastre, nous réitérons notre appel à un arrêt des combats", a-t-il ajouté dans une déclaration écrite.

"La France s'oppose à tout déplacement forcé de populations"

Paris rappelle que "Rafah est aujourd'hui un lieu où plus de 1,3 million de personnes se réfugient". "C'est aussi un point de passage vital pour acheminer l'aide humanitaire pour la population de Gaza", souligne le porte-parole du Quai d'Orsay.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu persistait dimanche dans sa volonté de lancer d'une offensive militaire contre Rafah. Il assure que la population bénéficiera d'un passage sécurisé.

"À Gaza comme partout ailleurs, la France s'oppose à tout déplacement forcé de populations, proscrit par le droit international humanitaire", a commenté Christophe Lemoine. "L'avenir de la bande de Gaza et de ses habitants ne pourra s'inscrire que dans un Etat palestinien vivant en paix et en sécurité aux côtés d'Israël", a-t-il également ajouté.

La guerre à Gaza a été déclenchée le 7 octobre quand des commandos du Hamas, infiltrés depuis la bande de Gaza, ont mené dans le sud d'Israël une attaque qui a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Environ 250 personnes ont été enlevées ce jour-là et emmenées de force à Gaza. Selon Israël, 132 otages sont toujours détenus sur place, dont 29 seraient morts.

En représailles, Israël a lancé une offensive qui a fait plus de 28.064 morts dans le territoire palestinien, en grande majorité des femmes, enfants et adolescents, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.

Un assaut sur Rafah menacerait les négociations sur la libération des otages détenus à Gaza, a mis en garde le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Gaza: Benjamin Netanyahu veut mener une opération terrestre à Rafah