Publicité

Gabriel Attal promet des mesures contre "le tabou du redoublement" à l'école

Le ministre de l'Éducation veut mettre sur la table la question du redoublement des élèves et annonce des changements "début décembre". Gabriel Attal a promis en janvier de "dévoiler une réforme profonde de la formation au métier d'enseignant".

Le ministre de l'Éducation Gabriel Attal souhaite "revoir" "la question du tabou du redoublement". Cette annonce, faite devant les maires réunis en congrès à Paris, se veut une réponse à la baisse du niveau de certains élèves.

Le membre du gouvernement a promis de "prendre des décisions" à ce sujet, qu'il annoncera "début décembre".

Des élèves qui ne savent pas lire en 6ème, "quasiment de la maltraitance"

Gabriel Attal avait déjà prévu de faire une série d'annonces le 5 décembre "pour élever le niveau général" des élèves, en particulier au collège où sa proposition de "groupes de niveau" en maths et français fait débat.

Le membre du gouvernement s'était déjà inquiété début novembre du niveau des élèves de 4ème en français et en mathématiques.

"Un élève qui rentre en 6e sans savoir lire ou compter, c'est quasiment de la maltraitance", a encore ajouté le ministre.

Vers une réforme du concours des professeurs

Interdit en maternelle, découragé et soumis à l'approbation des parents en primaire, le redoublement est en baisse constante dans le secondaire. En 2020, on n'a compté que 0,7% de redoublants parmi les effectifs de 6e, 0,5% en 5e, 0,4% en 4e et 2% en 3e.

Il a également pris date en janvier pour dévoiler "une réforme profonde de la formation au métier enseignant", afin notamment de pouvoir "pré-recruter au niveau du bac" ceux qui ont "la vocation" de prof et de rétablir un "concours au niveau bac+3" suivi d'une "entrée progressive dans le métier sur deux ans".
"Je pense que ça règlera une partie du problème" d'attractivité de la profession, a-t-il expliqué, alors que de nombreux postes restent vacants chaque année, faute de candidats.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Aline Le Guluche, illettrée jusqu’à 50 ans : “J'ai décidé de ne plus marcher à l’ombre, je n’ai plus honte”