Obsèques d’Elizabeth II : Joe Biden pourra utiliser « The Beast », sa limousine blindée

Pour les funérailles de la reine Elizabeth II, le président des États-Unis Joe Biden a obtenu un passe-droit, à savoir qu’il pourra arriver avec sa limousine blindée plutôt qu’en bus comme les autres dirigeants mondiaux (photo prise dimanche 18 septembre à Londres).
Markus Schreiber / WPA Pool / Getty Images Pour les funérailles de la reine Elizabeth II, le président des États-Unis Joe Biden a obtenu un passe-droit, à savoir qu’il pourra arriver avec sa limousine blindée plutôt qu’en bus comme les autres dirigeants mondiaux (photo prise dimanche 18 septembre à Londres).

Markus Schreiber / WPA Pool / Getty Images

Pour les funérailles de la reine Elizabeth II, le président des États-Unis Joe Biden a obtenu un passe-droit, à savoir qu’il pourra arriver avec sa limousine blindée plutôt qu’en bus comme les autres dirigeants mondiaux (photo prise dimanche 18 septembre à Londres).

FUNÉRAILLES D’ELIZABETH II - 2 000 invités de prestige et des bus qui transporteront certains des personnages les plus importants de la planète. Ce lundi 19 septembre ont lieu à Londres les funérailles de la reine Elizabeth II, l’occasion pour les têtes couronnées et dirigeants mondiaux de se retrouver dans la capitale britannique. Mais tous, à l’image du président des États-Unis Joe Biden, ne seront pas traités à la même enseigne.

Ainsi, le successeur de Donald Trump à la Maison Blanche a obtenu un passe-droit par rapport à certains de ses confrères, à savoir qu’il pourra utiliser son propre véhicule plutôt que d’arriver à bord de l’un des bus affrétés pour l’occasion.

Plaques de blindage et pneus renforcés au kevlar

C’est donc avec « The Beast », une énorme limousine blindée que les présidents américains se transmettent, que Joe Biden et son épouse Jill se rendront ce lundi aux premières funérailles d’État organisées outre-Manche depuis la mort de Winston Churchill.

Une voiture hors du commun, capable de résister à des attaques à la bombe et à des tirs d’arme à feu, grâce à des plaques de blindage épaisses de 20 centimètres (comme pour un avion de ligne), à des vitres constituées de cinq couches de polycarbonate et à des pneus renforcés avec du kevlar.

Un privilège auquel nombre de dirigeants n’auront pas droit. Ainsi, ce dimanche, le quotidien conservateur a ironisé, écrivant dans ses colonnes : « Peut-on avoir une petite pensée pour le responsable de l’Élysée qui a dû annoncer au président (français Emmanuel) Macron qu’à Londres, il devrait monter dans le bus ? » En l’occurrence, selon nos confrères de l’Agence France presse, le président de la République a refusé d’être convoyé en bus. Mais son mode de déplacement n’est pas encore connu.

À voir également sur le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi