François 1er vs Charles Quint : ennemis pour l'éternité

© Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes/Wikimedia Commons

Francfort, le 28 juin 1519. La diète du Saint Empire romain germanique se réunit pour désigner le successeur de Maximilien Ier, mort six mois plus tôt. François Ier veut à tout prix se saisir de son trône. Le vainqueur de Marignan n’est-il pas le prince le plus puissant d’Europe ? En 1516, le traité de Noyon, signé avec le jeune Charles de Habsbourg, qui n'est encore que roi d'Espagne, lui a confirmé la possession du riche duché de Milan. L'élection ne sera qu'une formalité, pense-t-il.

Coup de théâtre : les sept princes chargés d’élire le futur empereur lui préfèrent Charles, petit-fils de Maximilien ! Le roi de France savait pourtant que l’élection impériale était une ruineuse opération d’achat de votes. Il a semé l'or avec moins de sagacité que ce godelureau de 19 ans, ou plutôt que son banquier Jakob Fugger, qui a émis des lettres de change payables après l'élection « pourvu que soit élu Charles d'Espagne » ! Résultat : seul l'archevêque de Trèves a voté pour le Valois. L'affront est terrible. Il inaugure une lutte sans merci entre François Ier et le jeune Habsbourg qui est couronné le 23 octobre 1520, à Aix-la-Chapelle, sous le nom de Charles Quint.

Jeune homme fragile, Charles Quint est contesté dans son propre empire.Force de la nature, François Ier règne sur un territoire uni.

Sur le papier, le combat paraît inégal. François Ier est un colosse en pleine force de l’âge, sportif et bien de sa personne. Orphelin de père à l’âge de 2 ans, il a été élevé à Amboise par sa mère (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quand a-t-on porté des chaussures pour la première fois ?
5 sites pour découvrir la Bretagne des légendes
20 idées pour vivre l’Histoire cet été
JO : une cible idéale pour les terroristes ?
René Caillié, Charles Wiener, Auguste Pavie... : qui sont ces explorateurs français ?