Le Français Arnaud Kientz est le seul à avoir enregistré une version récente de "God save the King"

Le chanteur Arnaud Kientz sur BFMTV, le 15 septembre 2022. - BFMTV
Le chanteur Arnaud Kientz sur BFMTV, le 15 septembre 2022. - BFMTV

Un chanteur d'opéra français devient la référence en Royaume-Uni. C'est le destin d'Arnaud Kientz, chanteur d'opéra et professeur à Paris. Sa version de "God save the King", est devenu l'unique version du nouvel hymne du Royaume-Uni après le décès de la reine Elizabeth II, jeudi dernier.

L'enregistrement du Français, âgé de 51 ans, est l'un des seuls disponibles en version améliorée et adaptée à l'écoute sur les plateformes de steaming via les smartphones. Car le Royaume n'avait pas connu de roi depuis plus de 70 ans et les versions de l'hymne mentionnant la reine étant toutes devenues obsolètes.

C'est en 2017 qu'Arnaud Kientz enregistre une série d'hymnes étrangers: l'hymne américain et le God save the Queen pour le label Musigram.

Les premiers résultats de recherches sur les plateformes

"Le label m'a proposé d'enregistrer God save the Queen, c'était intéressant. (...) Dans le studio, on s'est dit pourquoi pas enregistrer la version God save the King", raconte le chanteur ce jeudi soir pour BFMTV, avant d'entonner l'hymne sur notre plateau.

Mais l'avènement de Charles III suite au décès de la souveraine britannique a déterré cette nouvelle version. À tel point que l'enregistrement du français apparaît dans les premiers résultats de recherches sur la plateforme Spotify, et sur Apple music.

Sa version a déjà cumulé des milliers d'écoutes sur les plateformes. Le chanteur apprécie particulièrement l'hymne "c'est vocal, c'est lyrique, c'est intéressant pour un chanteur d'opéra. Il y a une solennité et un côté noble", confie-t-il.

D'après le Guardian, certains labels ont déjà planché pour modifier les anciennes versions de l'hymne et les actualiser. D'autres comme la BBC ont enregistré des nouvelles versions avec la chanteuse galloise Katherine Jenkins, qui ne sont pas encore disponibles au grand public.

Article original publié sur BFMTV.com