Face à la contre-offensive ukrainienne, la Russie hésite sur la communication à adopter

Ce mois de septembre aura vu l’Ukraine mener des contre-offensives couronnées de succès aussi bien dans la région de Kharkiv (nord-est) que dans celle de Kherson (sud). Kiev a récupéré des milliers de kilomètres carrés précédemment occupés par l’armée russe.

Ces attaques ont été accompagnées par la diffusion de nombreuses images de forces russes fuyant les combats dans un relatif mouvement de panique excluant un quelconque repli stratégique organisé – elles auraient d’ailleurs laissé derrière elles une grande quantité d’équipements militaires en état de marche.

Face à cette avancée ukrainienne et au repli désordonné des forces russes, les principaux canaux de propagande du Kremlin ont été contraints de revoir en catastrophe le discours qu’ils martelaient jusque-là, à destination aussi bien de l’opinion russe que du reste du monde.

Le recul de l’armée et le flottement des médias

Depuis quelques jours, les images de territoires reconquis par les forces ukrainiennes déferlent sur les blogs, mais aussi sur les réseaux sociaux. Si certains d’entre eux sont bloqués en Russie, de nombreux habitants savent contourner ces blocages. Bien que le Kremlin ait tenté de bloquer l’accès aux informations objectives sur l’invasion de l’Ukraine, il lui est néanmoins difficile de nier la réalité de faits vérifiables. Dans ce contexte, les médias russes ont adopté un discours qui semblait flotter, faute de ligne directrice claire.

À titre d’exemple, le 11 septembre, la Rossiyskaya Gazeta, un organe de presse connu pour sa proximité avec le pouvoir, tentait de minimiser les gains ukrainiens. La manœuvre était assez malhabile, car si l’article encensait une opération menée par un hélicoptère MI-25 russe pour interdire le passage d’un fleuve aux forces ukrainiennes, il suffisait aux lecteurs de consulter une carte pour s’apercevoir que le lieu même de cette opération était situé à l’arrière des territoires préalablement contrôlés par la Russie.

Plus symptomatique, alors que les médias proches du pouvoir avaient toujours réagi rapidement aux évolutions du conflit en restant dans la ligne indiquée, on observe une forme de latence dans la construction d’un discours positif sur le déroulement récent de l’opération spéciale.

[Plus de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Parallèlement, des chaînes Telegram commencent à relayer une rhétorique cherchant à relativiser les mérites des forces ukrainiennes et, symétriquement, les revers russes. Si elle n’est pas nouvelle, une rhétorique bien rodée refait aujourd’hui surface pour expliquer que les difficultés des forces russes sont moins imputables à l’armée ukrainienne qu’à l’OTAN qui aurait déployé des forces sur place, et au concours de combattants étrangers autonomes.

Une possible capitalisation par les conservateurs russes ?

Ce type d’argumentaire est mis en avant par les conservateurs russes et la branche dure des nationalistes. Ils en tirent la conclusion que, puisqu’il a affaire non seulement aux forces ukrainiennes mais aussi à une coalition otanienne qui ne dit pas son nom, le Kremlin devrait mettre fin à la « retenue » dont il a fait preuve jusqu’ici et frapper l’Ukraine de façon plus violente. Cette frange s’est donc félicitée des tirs de missile russes, le 12 septembre, ayant visé des infrastructures civiles à Kharkiv et ailleurs, ce qui a pour un temps privé des millions de personnes d’eau et d’électricité.

Cette partie la plus à droite du spectre politique russe avait déjà été crispée par l’assassinat, le 20 août dernier, de Daria Douguina, fille du célèbre idéologue eurasiste Alexandre Douguine et elle-même étoile montante de cette mouvance. Moscou a rapidement imputé le crime à l’Ukraine, laquelle conteste toute implication et déclarant que ce sont les services russes qui sont derrière l’explosion meurtrière.

À lire aussi : Du national-bolchévisme à l’eurasisme, qui est vraiment Alexandre Douguine ?

Beaucoup ont voulu, à tort, présenter Douguine comme une éminence grise de Vladimir Poutine. Il était néanmoins une figure incontournable de l’eurasisme, un courant idéologique protéiforme né dans les années 1920 et ayant connu une renaissance dans les années 1990. À ce titre, l’attentat qui le visait probablement et qui a emporté sa fille pourra avoir un effet sur les franges les plus conservatrices. L’eurasisme étant un courant largement répandu et Douguine une figure célèbre, cet épisode a pu contribuer à radicaliser encore davantage ceux qui reprochent au président russe une position trop molle.

En outre, le discours russe s’appuie de longue date sur la thématique de la « forteresse assiégée » où la peur sert de levier pour fédérer la population autour d’un pouvoir fort réputé seul capable de la protéger. Or cette approche n’est efficace que si le pouvoir est en situation de garantir effectivement la sécurité de ses concitoyens.

À cet égard, l’attentat du 20 août, s’il permet de justifier la poursuite de l’action militaire en Ukraine, vient fragiliser la crédibilité de cette efficience sécuritaire. Même si cette attaque est exploitée pour justifier l’« opération spéciale » en Ukraine, il reste qu’elle risque de renforcer la position des conservateurs qui pourraient, à l’image de la famille Douguine, en venir à craindre pour leur sécurité. Il pourrait en découler une montée des tensions entre ces courants politiques radicaux et le pouvoir en place, au détriment du Kremlin.

Un enjeu temporel

Enfin, derrière les opérations militaires actuellement en cours en Ukraine, le temps peut représenter un enjeu pour les deux camps. Pour la Russie, qui sera obligée de modifier sa stratégie suite à la contre-offensive, il pourrait s’agir de tenir bon en limitant ses pertes, dans l’attente que l’hiver lui vienne en aide, militairement et politiquement.

Le Kremlin pourrait alors tenter de contenir le recul de ses forces tout en pariant simultanément sur une lassitude des Occidentaux. Cette dernière serait nourrie par des mouvements d’opinions publiques soumises à la double pression de l’inflation et d’une possible crise énergétique aggravée par l’hiver. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’en Occident, des voix dont une certaine proximité avec Moscou a pu être mise en lumière prêchent plus que jamais pour une levée des sanctions, ce qui donnerait un ballon d’oxygène à l’économie et au pouvoir russe, accroissant d’autant sa capacité d’endurance.

Pour l’Ukraine aussi, il s’agit de ne pas méconnaître le facteur temps. L’arrivée prochaine de l’hiver, qui ralentit traditionnellement le cours des opérations militaires, accentue l’importance de reprendre au plus vite un maximum de terrain sur les zones occupées, mais aussi de stabiliser ces gains territoriaux, ce qui est gourmand en ressources. En outre, le soutien occidental est primordial pour l’Ukraine qui, toujours tributaire d’armements et d’appuis financiers extérieurs, doit pouvoir montrer que cette aide est fructueuse afin d’entretenir la motivation des États qui la soutiennent.

Il reste que des discussions sont en cours en Europe pour plafonner le prix du gaz et du pétrole russes ; si ces mesures sont prises, Moscou pourrait jouer d’autres cartes pour gagner du temps et ralentir les mouvements militaires ukrainiens. Si la création d’une zone neutre autour de la centrale nucléaire de Zaporijia est fréquemment évoquée, la négociation d’un traité portant sur cette structure civile pourrait être un biais mis à profit pour gagner du temps sur le terrain militaire, au moins dans cette zone géographique, tout en exerçant une certaine pression sur les Occidentaux. La machine rhétorique russe pourrait, là encore, tenter de tisser un discours positif visant à présenter ces manœuvres à l’avantage du Kremlin.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

  • L’Ukraine contre-attaque… jusqu’où ?

  • La propagande russe, à la fois ultra-conservatrice et post-moderne