Publicité

Fabrice Fiorèse dévoile les coulisses de son départ mouvementé du PSG pour l'OM et fracasse Halilhodzic

Après deux belles saisons sous le maillot du PSG entre 2002 et 2004, Fabrice Fiorèse a quitté le club francilien pour rejoindre le rival marseillais dans les derniers instants du mercato estival. Un choix surprenant qui lui a valu d’être considéré comme un traître par les supporteurs parisiens. Invité ce mardi de l’émission Rothen s’enflamme sur RMC à cinq jours du choc OM-PSG en L1, l’ex-ailier a tenu à rétablir la vérité sur son départ et a rejeté la responsabilité sur son entraîneur de l’époque, Vahid Halilhodzic.

"Je me suis rendu compte que dans le milieu du football, l’hypocrisie et les faux culs ont malheureusement leur place et moi je n’avais pas la mienne", a ainsi raconté Fabrice Fiorèse auprès de son éphémère coéquipier Jérôme Rothen. "Quand on dit les choses et on dit la vérité quand on a un coach…"

Avant d’ajouter en imitant Coach Vahid: "Fiorèse, moi donner revalorisation à toi, toi partir et moi vomir, merde Fiorèse. C’est lui qui est responsable."

Fiorèse a refusé d'être capitaine du PSG

Parti en toute fin de mercato vers l’ennemi juré, Fabrice Fiorèse serait donc victime des manigances de Vahid Halilhodzic dans le vestiaire du PSG. En un éclair, l’ailier a perdu sa place dans le vestiaire après avoir été écarté par le technicien bosnien.

"A un moment donné il a cherché un capitaine, il a commencé par Pedro Pauleta à l’époque mais il a refusé. Après il y a apparemment eu un mec qui s’appelle Fabrice Fiorèse et c’est moi. Et j’ai refusé", a encore précisé l’ex-joueur passé de Paris à Marseille. "Je vais vous dire pourquoi j’ai refusé. En fait, pour être le capitaine du club du Paris Saint-Germain à l’époque de Coach Vahid, eh bah il fallait lui répéter tout ce qu’il se passait dans le vestiaire. Le souci c’est que moi je suis savoyard et je n’ai pas eu l’habitude de répéter. Malheureusement j’ai refusé. Quand j’ai refusé, Coach Vahid n’était pas content."

"J'aurais dû faire un bras de fer contre lui"

Fabrice Fiorèse ne regrette pas son choix de quitter le PSG. Mais l'ancien joueur passé aussi par Guingamp a toutefois concédé qu'il aurait probablement dû se battre pour sa place dans le club de la capitale en réclamant la tête de Vahid Halilhodzic ou en attendant son éviction qui ne faisait aucun doute selon lui.

"Coach Vahid on ne peut pas lui refuser quelque chose. Et après il s’est passé ce qu’il s’est passé. Moi il m’a dit qu’il fallait que je m’en aille", a poursuivi Fiorèse. "Après il a appelé mon agent et m'a concrètement fait comprendre que j’allais jouer en CFA. Le seul regret que je peux avoir aujourd’hui, et encore que je peux peut-être avoir parce que je n’en ai pas vraiment, c’est que j’aurais dû faire un bras de fer contre lui. Parce que j’étais persuadé, de toute façon, qu’il n’allait pas finir la saison."

Avant d'ajouer: "Quand on a affaire à un entraîneur comme ça, qui quand on gagnait disait 'j’ai gagné' et quand on perdait disait 'ils ont perdu', pour moi ce n’est pas digne d’être un entraîneur."

Fiorèse assure avoir signé à l'OM sans "préméditation" et sans prendre "d'euro en plus"

"Pourquoi Marseille? Pour la faire courte, j'étais en relation avec l'un de mes meilleurs amis qui était Frédéric Déhu comme tout le monde le savait déjà", a ensuite continué Fabrice Fiorèse. "Lui venait justement de signer à l'OM. On s'appelait quasiment tous les jours. Et quand il y a eu l'histoire avec Vahid, j'avais eu Fred au téléphone. Je lui ai dit que je n'aurais pas dû refuser le capitanat et je lui ai raconté l'histoire. Et puis on en est resté là."

L'affaire semblait alors close dans l'esprit de Fabrice Fiorèse mais le hasard, et une contre-performance de l'OM face à Metz ont changé la donne.

"Le lendemain cela a dû se savoir, tout se sait dans le milieu, et José Anigo l'entraîneur marseillais de l'époque a voulu changer son 3-5-2 pour un 4-4-2", a enfin détaillé l'ailier. "Ce ne sont que des concours de circonstances. (...) Fred a dit à José: 'Je crois que c'est le bordel à Paris et qu'ils sont en train de pousser Fio vers la sortie'. Voilà comment le début s'est passé. Il n'y a aucune préméditation, il n'y a rien et je n'ai pas pris un euro de plus en partant de Paris à Marseille."

Et de plaisanter sur son transfert à Marseille: "J'aurais dû prendre un euro de plus. Je le dis parce que, vu comment ils m'ont accepté et comment ils m'ont intégré... franchement j'aurais dû prendre tout ce que j'aurais dû prendre. A Marseille ils m'ont jeté dans la gueule du loup. (...) Je ne pouvais plus jouer qu'à l'extérieur parce que je destabilisais et parce que même au Vélodrome on me sifflait." Quelques semaines plus tard pour ses retrouvailles avec le PSG, Sylvain Armand a découpé Fabrice Fiorèse dès les premiers instants du Classique.

Article original publié sur RMC Sport