Une expatriée allemande traverse le Canada à pied

Photo Pixabay/cc

Après s’être informée sur le Sentier Transcanadien, le réseau de sentiers récréatifs le plus long du monde, Melanie Vogel, qui se sentait prise au piège à Toronto, a décidé de “marcher seule d’un bout à l’autre du Canada”, raconte le Globe and Mail.

Dans une vidéo publiée sur Facebook, celle qui est arrivée au Canada en 2008 déclare : “Alors que je préparais ma randonnée, je pensais qu’il me faudrait deux ans pour traverser le pays.” En fait, son périple lui a pris cinq ans. Après avoir rassemblé ses économies et reçu des donations en équipement ainsi qu’une bourse de la Société géographique royale du Canada, la jeune femme a amorcé son périple le 19 juin 2017 dans la région atlantique à Clarenville, à l’est de Terre-Neuve.

Marcher dans le noir quand les jours raccourcissent

Ses premières semaines de randonnée l’ont confronté à la douleur, écrit le Globe and Mail : son sac à dos lui occasionne des blessures sur les épaules, les hanches et la colonne vertébrale, des cloques apparaissent sous ses pieds. “Les jours sans vent, les moustiques se posent sur ses bras comme une nuée d’ailes noires” au point qu’elle finit par se doucher avec un insectifuge.

À Inverness, en Nouvelle-Écosse, un habitant lui permet de camper sur son terrain. Alors que les jours raccourcissent, en octobre, elle commence à marcher dans le noir à Mount Steward, dans l’Île-du-Prince-Édouard. Le 23 janvier 2018, sa première paire de bottes rend l’âme à Saint-Jacques, dans le Nouveau-Brunswick.

Deux mois plus tard, à North Hatley, au Québec, les douches chaudes commencent à lui manquer. Son apparence est moins soignée, mais “dans la nature, il n’y a personne pour vous juger”, se dit-elle. Le 27 août, près de Huntsville, en Ontario, un homme lui fait des avances pour coucher avec elle. Heureusement, elle rencontre une femme qui lui offre le gîte pour la nuit.

Un chien errant pour compagnon de route

Le 15 avril 2019, un chien apparaît sur le sentier dans le parc provincial de Spruce Woods, dans le Manitoba. C’est Malo, qui va devenir son compagnon de route. Elle fête la nouvelle année le 5 janvier 2020 dans le froid, sous la tente, à Fort Nelson, en Colombie-Britannique.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :