États-Unis : elle assure que son père a tué au moins 50 femmes

Une femme accuse son père de 50 à 70 meurtres - The Washington Post via Getty Image (The Washington Post via Getty Image)

Neuf ans après la mort de son père, une Américaine affirme qu’il aurait tué entre 50 et 70 femmes en 30 ans. Ses frères et elle auraient même été obligés de l’aider à enterrer certains cadavres.

Après 45 ans à crier que son père était un assassin, quelqu’un a enfin écouté ​​Lucy Studey. Comme le rapporte Newsweek, cette Américaine accuse son père, mort à 75 ans en 2013, d’être l’assassin de 50 à 70 femmes en 30 ans. Deux chiens spécialisés dans la localisation de cadavres ont d’ores et déjà repéré des odeurs suspectes dans la zone désignée par Lucy comme étant celle où sont enterrés les corps.

Selon cette dernière, les cadavres se trouveraient près d’un vieux puits très difficile d’accès. Elle le sait bien puisqu’elle prétend que ses frères et elle auraient été contraints d’aider leur père à transporter ses victimes jusqu’à cet endroit retiré. “En hiver, nous utilisions une luge, et quand il faisait plus chaud, une brouette. Chaque fois qu’il disait qu’on allait au puits, on en savait assez. Pendant ces trajets, je n’arrêtais pas de penser qu’il allait me tuer parce que j’en savais trop”, a-t-elle raconté à nos confrères américains.

Des travailleuses du sexe et des passantes

L’Américaine a aussi livré des informations sur les victimes, encore supposées, de son géniteur. Il s’agirait presque exclusivement de travailleuses du sexe auxquelles s’ajouteraient quelques passantes. Donald Studey les auraient rencontrées dans la ville d’Omaha, dans le Nebraska, à quelques encablures de l’endroit où vivait la famille. Parmi ces nombreuses victimes se trouverait aussi une adolescente de 15 ans. Enfin, toujours selon Lucy, elles étaient toutes blanches et auraient presque toutes eu les cheveux foncés.

Si elle a passé plus de 45 ans à raconter son histoire aux autorités, c’est la première fois que Lucy est vraiment crue. “Selon un enseignant, c’était une affaire de famille et il ne fallait pas s’en occuper. Les agents, à leur tour, m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas se fier à la mémoire d’un enfant, mais croyez-moi: même maintenant, je me souviens de tout dans les moindres détails”, affirme-t-elle encore. Mais aujourd’hui, les choses ont changé et Kevin Aistrope, le shérif local, est de son côté. “Personnellement, je crois fermement qu’il y a des corps sous terre. J’ai du mal à croire que deux chiens spécialisés dans la découverte de cadavres puissent se tromper en même temps”, a affirmé ce dernier. La prochaine étape devrait être l’utilisation d’un sonar pour confirmer cette piste qui n’a pas encore permis de découvrir un corps.

De la prison et des suicides

La police a donc ouvert une enquête qui lui a permis de découvrir que Donald Studey avait au minimum eu d’autres activités illégales. L’homme a en effet été emprisonné pour des vols et pour conduite en état d’ivresse. Selon sa fille, il aurait aussi donné dans le trafic de stupéfiants et se serait souvent battu, n’hésitant pas à utiliser un couteau si besoin. Enfin, l’ouverture de cette enquête remet en question la mort de certains des proches de l’homme. Ses deux femmes se sont suicidées, une en s’étranglant elle-même avec un câble électrique, l’autre en se tirant une balle dans la tête. L’un de ses fils s’est lui aussi ôté la vie, à 39 ans.

Ce contenu peut également vous intéresser