Publicité

Espagne: les agriculteurs en colère poursuivent leurs manifestations

Une semaine après le début de leur mouvement, les agriculteurs espagnols ont poursuivi mardi leurs mobilisations, notamment en Catalogne (nord-est), bloquant avec leurs tracteurs plusieurs routes et infrastructures pour protester contre les difficultés du secteur.

Venus de divers endroits de Catalogne, plusieurs centaines de tracteurs se sont réunis sans incident devant l'un des accès au port de Tarragone, à 100 km au sud de Barcelone. Selon un responsable de l'Autorité portuaire cité par la presse espagnole, ce blocage a provoqué une chute de 83% du trafic de camions entrant dans le port ou en sortant.

Circulation bloquée

Plus au nord, près de la frontière avec la France, des manifestants ont bloqué une portion de l'autoroute AP-7 au niveau de Pontós, près de Gérone, à quelques km du poste-frontière de La Jonquera, avec des tracteurs et des barricades, brûlant de la végétation sur la voie, ont rapporté les médias locaux.

En fin de journée, la "saturation de la circulation" était telle côté français que la préfecture du département des Pyrénées-Orientales a annoncé la fermeture de l'autoroute A9 "jusqu'à nouvel ordre aux poids lourds comme aux véhicules légers", à partir de Narbonne en direction de l'Espagne.

Aux portes du grand marché central de Mercabarna, qui fournit Barcelone et sa région en produis frais, une dizaine de tracteurs bloquaient pacifiquement l'un des accès. Les manifestations d'agriculteurs ont également interrompu le trafic routier sur plusieurs voies d'Andalousie (sud du pays).

"Concurrence déloyale", règles européennes...

La mobilisation vise "la concurrence déloyale" des produits importés depuis des pays "qui ne respectent pas les normes européennes", selon un communiqué du syndicat catalan "Unión de Pagesos" (Union des paysans), l'une des principales organisations à l'origine des manifestations de ce mardi.

À l'instar de leurs confrères européens, les agriculteurs espagnols protestent également contre la lourdeur de la bureaucratie et la complexité des normes imposées par Bruxelles, et se plaignent des prix trop bas auxquels ils doivent vendre leur production.

Face à cette poursuite des manifestations, le ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation, Luis Planas, a invité les trois principaux syndicats d'agriculteurs et d'éleveurs du pays (Asaja, COAG et UPA) à une réunion ce jeudi matin à Madrid.

Il s'agira de la deuxième réunion de ce genre, la première ayant eu lieu le 2 février, avant le début du mouvement. Ces trois syndicats ont appelé à un rassemblement devant Mercamadrid, le grand marché de produits frais de la capitale, pour mercredi, journée qui verra de nouvelles manifestations de tracteurs dans tout le pays.

En outre, une grande manifestation est également prévue le 21 février devant le ministère de l'Agriculture dans la capitale.

L'Espagne, souvent qualifiée de "potager de l'Europe", est le premier exportateur européen de fruits et légumes. De nombreuses exploitations y sont néanmoins en difficulté en raison, notamment, de la sécheresse qui sévit depuis trois ans dans le pays.

Article original publié sur BFMTV.com