Dr. Dre parvient à empêcher la députée Marjorie Taylor Greene d'utiliser sa musique

Dr Dre en août 2015 - Jason Kempin - Getty Images North America - AFP
Dr Dre en août 2015 - Jason Kempin - Getty Images North America - AFP

Le célèbre rappeur Dr. Dre a obtenu gain de cause contre la députée américaine controversée Marjorie Taylor Greene, qui avait utilisé sans son accord, son morceau Still D.R.E dans une vidéo de communication politique.

Dans ce message publié sur Twitter le 9 janvier, Marjorie Taylor Greene apparaissait dans son bureau sur les premières notes familières de ce tube sorti en 1999, en collaboration avec Snoop Dogg.

Dr. Dre avait alors adressé une lettre, par l'intermédiaire de son avocat, Howard King, à la députée, fervente partisane de Donald Trump, afin de lui rappeler qu'il n'avait pas été sollicité pour l'utilisation de son morceau dans cette vidéo.

"L'utilisation de 'Still D.R.E.' sans permission constitue une violation du droit d'auteur. On pourrait s'attendre à ce que, en tant que membre du Congrès, vous ayez une certaine familiarité avec les lois de ce pays", indiquait Howard King, dans ce courrier.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Politique de division et de haine"

Selon The Guardian, les avocats Marjorie Taylor Greene affirment avoir bien reçu le courrier et assurent "qu'au nom de la députée Greene, [...] le morceau de M. Young (véritable nom de Dr. Dre) ne serait plus utilisé par son comité politique ou par un réseau social auquel la députée a accès".

Peu après l'envoi de sa lettre, Dr. Dre s'était également exprimé pour condamner fermement les positions politiques de Marjorie Taylor Greene, notamment accusée de propager des théories conspirationnistes d’extrême droite et d'avoir tenu des propos antisémites violents à l’encontre de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants.

"Vous exploitez à tort ce travail à travers les différents médias sociaux pour promouvoir votre programme politique de division et de haine", avait-il ainsi lâché sur Twitter.

Et d'ajouter: "Je ne concède pas ma musique aux politiciens, en particulier à quelqu'un d'aussi diviseur et haineux que celui-ci."

Article original publié sur BFMTV.com