Publicité

Disparition d'Erwan dans les Deux-Sèvres: les recherches ont repris ce mardi matin

Toujours pas de nouvelles, après plus de deux jours de disparition. Aux premières heures de ce mardi 13 février, les recherches ont repris afin de retrouver la trace d'Erwan, un jeune homme de 18 ans porté disparu depuis la nuit de samedi à dimanche passé alors qu'il quittait aux alentours de 2h30 du matin une boîte de nuit de la commune de Moncoutant-sur-Sèvre, dans le département des Deux-Sèvres.

Comme l'a appris BFMTV d'une source proche de l'enquête, le dispositif est quasiment le même que celui déployé la veille, avec la présence d'une vingtaine de gendarmes, mobilisés pour explorer les environs de la discothèque "La Morinière". En revanche, l'hélicoptère présent lundi ne devrait pas tourner ce jour au-dessus de la zone.

Selon cette même source, les plongeurs de la brigade nautique de La Rochelle pourraient être mobilisés mercredi, et venir équipés d'un sonar. Ils auraient pour mission de sonder les nombreux plans d'eau autour de l'établissement de nuit.

"On essaie de trouver quelque chose"

Dans le cadre de ces nouvelles recherches, plusieurs proches d'Erwan sont présents autour des lieux supposés de sa disparition dont Karine, sa belle-mère.

"On est là, on essaie de trouver quelque chose, n'importe quoi, le moindre élément peut nous aider peut-être à avoir un début de piste", dit-elle à BFMTV."Les moyens mis en œuvre sont énormes. Ils cherchent encore d'autres solutions, des plongeurs, des hommes sur le terrain, des équipes d'investigation qui travaillent là où c'est du judiciaire, des recherches informatiques sur les portables, les ordinateurs, des choses comme ça. Ils font un travail énorme, monstrueux, je les remercie c'est impressionnant", ajoute Karine.

Ce lundi 12 février, la gendarmerie nationale a lancé un appel à témoins pour disparition inquiétante. Une enquête pour disparition inquiétante a également été ouverte, a confirmé le parquet des Deux-Sèvres à BFMTV. Toutes les pistes sont encore explorées à ce stade, selon une source proche de l'enquête.

Article original publié sur BFMTV.com