Deux arachnides vieux de 400 millions d’années découverts

Junnn11 / CC BY-SA 4.0

Une nouvelle étude décrit deux arachnides vieux de 400 millions d'années découverts en Allemagne et au Luxembourg. Leur étude est particulièrement importante pour mieux comprendre les écosystèmes où ils évoluaient.

Le Dévonien est la période géologique qui s’étale de 419 millions d’années (Ma) à 359 Ma. C’est à la fin de la précédente et au début de celle-ci que se développent les écosystèmes terrestres. Bien que les fossiles de cette époque restent relativement rares, les découvertes se poursuivent et permettent d’avoir une idée de ces milieux.

C’est une de ces découvertes qui a été faite récemment par une équipe de paléontologues et dont l'analyse a été publiée le 31 octobre 2022 dans la revue Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie – Abhandlungen. Il s’agit de deux arachnides (un groupe incluant les araignées, les scorpions et les acariens) mis au jour en Allemagne et au Luxembourg, et qui permettent de mieux cerner la biodiversité terrestre de l’époque. En outre, pour l'un, il s'agit de la découverte du plus ancien arachnide du Luxembourg connu.

Des organismes énigmatiques

Ces découvertes revêtent chacune une grande importance. La première a été faite dans des sédiments datés de 405 Ma d’une carrière à Waxweiler (Allemagne) : il s'agit de fragments d’appendices et de la partie postérieure d’un animal fossile du groupe des phalangiotarbides.

Ce sont des organismes "énigmatiques" avoue à Sciences et Avenir Markus Poschmann, l’auteur principal de l’étude. Ils sont probablement proches de l’ancêtre commun des araignées et d’autres groupes comme les amblypyges ou les schizomides, et dont les représentants "ont une taille corporelle comprise entre 10 et 20 mm environ". "Les phalangiotarbides étaient connus à l'ouest de l'Eifel (ouest de l'Allemagne, ndlr) mais pas sur le site de Waxweiler", précise le chercheur. La localité a déjà mis au jour de nombreux fossiles d’arthropodes, de vertébrés et de plantes, mais ce fossile est la première occurrence du groupe des phalangiotarbides.

Une découverte importante au Luxembourg

La seconde découverte provient de sédiments vieux de 395 Ma de la carrière de Merkholtz (Luxembourg) et a été identifiée comme étant la partie postérieure[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi