Des chercheurs découvrent le secret des personnes minces

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Les scientifiques se sont penchés sur des individus ayant un IMC très bas (Getty Images/Tetra images RF) (Getty Images/Tetra images RF)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Selon une récente étude, les personnes avec un IMC le plus bas ont fait 23% d'activité physique en moins et consommé 12% moins de calories que les autres.

Quel est le secret des personnes minces ? Selon une étude, la réponse est plutôt simple : elles mangent moins. En effet, des chercheurs chinois se sont intéressés aux personnes avec un indice de masse corporelle (IMC) plus bas. Ils ont constaté que ces personnes étaient moins actives que celles avec un IMC dans la fourchette plus haute. De plus, elles consomment moins de nourriture. Ces conclusions ont été publiées dans la revue Cell Metabolism le 14 juillet.

"Nous nous attendions à ce que ces personnes soient vraiment actives et aient des taux métaboliques d'activité élevés correspondant à des apports alimentaires élevés", résume l'auteur correspondant John Speakman, professeur aux Instituts de technologie avancée de Shenzhen en Chine et à l'Université d'Aberdeen au Royaume-Uni. Avant d'ajouter : "Il s'avère que quelque chose d'assez différent se passe. Ils avaient des apports alimentaires et une activité plus faibles, ainsi que des taux métaboliques au repos étonnamment plus élevés que prévu liés à des niveaux élevés d'hormones thyroïdiennes".

Moins d'activité physique

Dans le cadre de cette étude, 173 personnes avec un IMC normal et 150 avec un IMC inférieur à 18,5 ont été recrutés. Tous les participants ont été suivis pendant deux semaines. Leur apport alimentaire et l'activité physique ont été mesurés. Un bémol, les chercheurs n'ont pas pris en compte l'apport alimentaire précis ni le sentiment de satiété. Par rapport à un groupe témoin avec un IMC normal, les autres personnes consommaient 12% de nourriture en moins et étaient considérablement moins actives de 23%. De plus, elles avaient une dépense énergétique au repos et une activité thyroïdienne plus élevées.

"Bien que ces personnes très maigres aient de faibles niveaux d'activité, leurs marqueurs de santé cardiaque, y compris le cholestérol et la tension artérielle étaient très bons", assure le premier auteur Sumei Hu de l'Université de technologie et de commerce de Pékin. Les chercheurs veulent maintenant faire d'autres études afin d'observer les différences génétiques entre les individus de poids différents. "La prochaine étape consiste à mieux comprendre le phénotype lui-même et à comprendre plus clairement les mécanismes qui le génèrent", souligne le Pr Speakman.

VIDÉO - Inès, 26 ans : "Une femme grosse peut aussi être anorexique"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles