Publicité

"Ils me demandaient de mettre une capote à la piscine" : Manu Payet fait des révélations sur son enfance

Le comédien et humoriste a levé le voile sur ses relations avec ses parents pendant son enfance, et notamment la manière brutale qu’ils avaient de le punir.

Nasser Berzane/ABACAPRESS.COM

Comme de nombreux humoristes, Manu Payet aime évoquer sur scène des moments marquants de son enfance. Comme le raconte La Tribune, qui a interrogé celui qui est aussi comédien et animateur radio, il détaille ainsi dans son spectacle, Emmanuel 2, l’opération subie en métropole à l’âge de 8 ans. "C'est le docteur Rabouille à la Réunion qui après une palpation a annoncé à ma mère qu'ils (ses testicules, ndlr) n'étaient pas descendus de façon naturelle et que je devais me faire opérer... Elle a pris ça très au sérieux et nous sommes venus en métropole pour l'intervention. Je ne sais pas pourquoi c'est tombé sur moi. Peut-être parce que je suis un enfant prématuré", explique-t-il ainsi en précisant être né à 7 mois de grossesse alors qu’il ne pesait que 1,7 kilo.

Cette opération n’est pas le seul détail très intime partagé par Manu Payet dans cet entretien accordé à La Tribune. Il aborde également "l’éducation à la dure" reçue dans son enfance. "Mes parents m'ont eu à 20 ans. Ils n'étaient finalement que des enfants. Et comme ils ne savaient pas ce qui leur arrivait, ils me filaient des tartes, par inquiétude de ne pas faire assez bien", confie-t-il en expliquant être devenu, avec le temps, "indulgent avec les choses auxquelles il ne pensait jamais pouvoir trouver d’excuses ". "Ils flippaient de tout jusqu'à me demander de mettre une capote quand j'allais à la piscine par peur que je chope le sida... ça a été comme ça toute mon enfance", ajoute-t-il ensuite.

Des coups de bâton à l'internat

S’il est marqué par certaines choses de son enfance, Manu Payet reconnaît que "sans le travail de son père et l'éducation de sa mère, il ne serait certainement pas là en train de leur parler sans accent, avec cette espèce d'aisance et le goût des bonnes choses". C’est grâce à ses parents qu’il a préféré le cinéma au surf après l’école. Et qu’il a pu découvrir les films de Pierre Richard. "Ma mère n'a jamais compris pourquoi je riais autant devant ses films. Dans la famille, il n'y avait que mon père qui avait de l'humour. Un humour barricadé par sa femme..."

"Je suis toujours sorti du cadre pour voir la vie de manière différente...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

VIDÉO - Géraldine Danon : la filleule d'Alain Delon raconte son enfance saccagée par le viol