Publicité

"Danse avec les stars": pourquoi l'altercation entre Inès Reg et Natasha St-Pier fait autant parler

Que s'est-il vraiment passé entre Inès Reg et Natasha St-Pier? Qui a insulté qui? Des menaces ont-elles été proférées? Verra-t-on un jour les images de l'altercation dont tout le monde parle? Toutes ces questions et bien d'autres agitent depuis la semaine dernière le petit monde de la télévision, les fans de Danse avec les stars sur TF1, et dépassent même un peu ce cadre.

"La télévision fait partie d’un patrimoine commun dans notre société", analyse auprès du Huff Post Céline Ségur, spécialiste en sciences de l’information et de la communication et chercheure au centre de recherche sur les médiations de l’université de Lorraine.

"C’est un élément d’interaction sociale: ce qui se passe à la télé fait partie des choses sur lesquelles il faut avoir un avis", résume-t-elle. "Ça nous construit nous-même, ça renforce notre identité."

Il n'est donc pas si étonnant que "l'affaire" ait tant passionné sur les réseaux sociaux, jusqu'à être désormais largement évoquée par la presse. "Quand il y a une bagarre dans une cour d'école médiatique, elle se retrouve sur les réseaux sociaux", analyse Véronique Reille-Soult, spécialiste en communication de crise, sur BFMTV.

Inès Reg et Natasha St-Pier y ont toutes les deux été violemment ciblées. "L'emballement n'est pas si important que ça", tempère Véronique Reille-Soult, mais "il y a une polarisation des positions, un côté culture du clash, qui est en train de se révéler encore plus fortement, en décalage avec le concept de l'émission lui-même".

Conflit inattendu, communication non contrôlée

Car Danse avec les stars a beau être une compétition, les concurrents s'affrontent habituellement avec fairplay et bonne humeur, sur le parquet au son d'un air de cha-cha-cha, plutôt que dans les commissariats. Et puis, contrairement à de nombreuses émissions de téléréalité, le programme n'est pas construit autour des disputes entre protagonistes. Danse avec les stars, ce n'est pas Les Marseillais. L'irruption de ce conflit inattendu dans un programme plutôt consensuel ajoute un peu de sel.

"Ce n’est pas spécifique à la télévision, mais les situations exceptionnelles comme le conflit attirent et intéressent beaucoup plus que la banalité", explique Céline Ségur. "Il se passe quelque chose, il y a de l’action."

L'histoire entre Inès Reg et Natasha St-Pier échappe par ailleurs à la communication habituellement hyper contrôlée de TF1. Après un premier article dans Le Parisien, qui a révélé l'altercation entre les deux candidates, chacune a décidé de livrer sa propre version des faits, dans des stories sur les réseaux sociaux.

C'est Inès Reg qui a dégainé la première, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, avec une très longue story, riche en détails et en émotions, dans laquelle elle dénonce une fond de racisme dans la réaction de Natasha St-Pier. Des accusations que l'intéressée a ensuite contestées sur son propre compte Instagram, expliquant s'être sentie "en danger". De quoi donner chair à cette histoire et attiser l'intérêt du public.

"Ce qui est intéressant, c'est que les protagonistes ont (raconté leur version) en des termes qui n'auraient pas été posés il y a quelques années, avec une émotion sans doute sincère de chacun des côtés", note Véronique Reille-Soult. "L'émotion, c'est ce qui fait le plus bouger, c'est ce qui crée le 'buzz', c'est ce qui fait que vous avez envie de vous positionner et de réagir, de prendre la défense ou d'attaquer, en fonction du camp dans lequel vous avez envie de vous positionner."

"Une appétence pour l'idée du crêpage de chignon"

Surprise, émotion, rebondissements... Tous les ingrédients sont ici réunis pour captiver en attendant la prochaine story ou le prochain prime de Danse avec les stars, programmé en direct ce vendredi 29 mars.

D'autant que ce conflit entre Inès Reg et Natasha St-Pier s'inscrit dans le mythe de la rivalité féminine, bien ancré dans la société et dans la pop culture, analyse Racha Belmehdi, autrice de Rivalité, nom féminin, une lecture féministe du mythe (éd. Favre).

Les disputes et autres antagonismes ne sont certes pas l'apanage des femmes, mais là où les hommes choisissent de nourrir ces rivalités, comme Booba et Kaaris, Robbie Williams et Gary Barlow, ou les frères Gallagher, les femmes tentent souvent au contraire de s'en défendre, comme Selena Gomez et Hailey Bieber.

Or "on voudrait nous faire croire, que les femmes, par définition, seraient poussées à la rivalité, comme si c'était quelque chose de naturel, d'inné chez elle", estime la journaliste.

Dans l'affaire Danse avec les stars, cet attrait pour les conflits entre femmes, à qui l'on "prête plus facilement l'idée de l'hystérie", mène ainsi à occulter "un troisième intervenant dans cette histoire", Anthony Colette, le danseur de Natasha St-Pier. "Il fait partie de l'histoire, il a fait partie de l'altercation, il a lui aussi déposé une main courante au commissariat, et pourtant, il est totalement évacué de l'histoire."

"Les seules personnes sur lesquelles on se focalise, ce sont les deux femmes", note-t-elle. "Parce qu'on a vraiment une appétence pour cette idée du crêpage de chignon. Tout le monde sort le popcorn, tout le monde a un avis."

Tout le monde s'exprime... sauf TF1, qui a gardé le silence jusqu'ici. Des réunions de crise ont été organisées, selon les informations de BFMTV, pour décider de la manière de gérer cette crise lors du prime de Danse avec les stars programmé ce vendredi 29 mars. L'idée d'une mise en scène d'une réconciliation d'Inès Reg et de Natasha St-Pier est envisagée. Pas forcément suffisant pour mettre un point final à la polémique.

Article original publié sur BFMTV.com