Pour Danemark-Tunisie, la tenue symbolique de l’ex-Première ministre danoise

221122 Helle Thorning-Schmidt former prime minister of Denmark during the FIFA World Cup 2022 football match between Denmark and Tunisia on November 22, 2022 in Doha.  Photo: Joel Marklund / BILDBYRÅN / kod JM / JM0382 bbeng fotboll football soccer fotball vm fotbolls-vm fotball-vm fotbolls-vm 2022 fifa world cup 2022 danmark denmark tunisien tunisia No Use Sweden. No Use Norway. No Use Austria.
JOEL MARKLUND / BILDBYRÅN 221122 Helle Thorning-Schmidt former prime minister of Denmark during the FIFA World Cup 2022 football match between Denmark and Tunisia on November 22, 2022 in Doha. Photo: Joel Marklund / BILDBYRÅN / kod JM / JM0382 bbeng fotboll football soccer fotball vm fotbolls-vm fotball-vm fotbolls-vm 2022 fifa world cup 2022 danmark denmark tunisien tunisia No Use Sweden. No Use Norway. No Use Austria.

COUPE DU MONDE 2022 - Son engagement est sans équivoque. L’ex-Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt a porté une robe aux manches aux couleurs de l’arc-en-ciel ce mardi 22 novembre, lors du match Danemark-Tunisie à la Coupe du monde. Un pied de nez adressé au pays hôte de la compétition, le Qatar, où les droits de la communauté LGBT+ sont bafoués.

La veille, Helle Thorning-Schmidt a posté une photo sur Instagram sur laquelle elle porte le brassard « One Love » contre les discriminations, qu’étaient censés avoir plusieurs équipes européennes sur le terrain. La FIFA en a décidé autrement, menaçant de sanctionner d’un carton jaune les joueurs qui arborait ce brassard, car pour l’instance mondiale de foot, le sport ne doit pas être politisé.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

« J’ai parlé avec des activistes de la communauté LGBTQ+ au Qatar et j’ai vraiment eu un bon aperçu des choses que nous pouvons mettre en place pour les aider, a commenté l’ex-cheffe de gouvernement sous son cliché. Je soutiens complètement les sept équipes qui ne porteront pas le brassard au vu des fortes sanctions de la FIFA. La meilleure chose que nous puissions espérer maintenant, c’est que l’une des sept équipes gagne cette coupe. »

Lire aussi

Peu avant le premier match du Danemark en poule, elle a assuré au média danois NRK que le choix des joueurs ne signifiait pas l’abandon « du combat pour les droits LGBT dans le football ». « Il faut souligner que seulement sept équipes sur les 211 pays membres de la FIFA ont pensé que c’était une bonne idée. Je pense que la DBU (fédération nationale de foot au Danemark) a mené un combat juste et je suis aussi heureuse de me battre », a-t-elle ajouté.

Les chapeaux et t-shirt arc-en-ciel recalés

Si elle a pu entrer dans le stade, ce n’est pas le cas de tous ceux qui portaient un vêtement ou un accessoire aux couleurs de l’arc-en-ciel. Ainsi, l’ancienne capitaine de la sélection galloise Laura McAllister et une association de supporters gallois ont raconté avoir dû enlever leurs chapeaux arc-en-ciel pour assister à États-Unis - Pays de Galles (1-1) lundi.

« Pendant que nous faisions la queue, nous avons entendu que les gens qui portaient un bob arc-en-ciel », le symbole de l’association galloise de supporters LGBT Rainbow Wall, « avaient dû l’enlever », a raconté à la chaîne ITV News l’ex-joueuse, qui siège entre autres au comité exécutif de la fédération galloise.

Avant la rencontre, le journaliste américain Grant Wahl a également raconté sur Twitter avoir été retenu par le personnel de sécurité parce qu’il portait un tee-shirt arc-en-ciel. Enfin, lundi, la fédération belge a été interdite d’utiliser son maillot « extérieur », sur lequel figurent des imprimés reprenant les couleurs de l’arc-en-ciel et le mot « Love » sur le col.

À voir également sur Le Huffpost :

Lire aussi