Décès du cinéaste Paul Vecchiali

© REMY GABALDA / AFP

Le cinéaste Paul Vecchiali est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 92 ans, après une carrière aussi foisonnante que pointue, ont annoncé ses proches mercredi à l'AFP. Compagnon de la Nouvelle Vague, dont l’oeuvre pouvait explorer le Sida, la pornographie ou la violence, M. Vecchiali est mort dans un hôpital du sud de la France, a précisé son compagnon, Malik Saad.

"C'était quelqu'un qui ne vivait que pour le cinéma, depuis l'âge de cinq ans", a ajouté auprès de l'AFP l'acteur Ugo Broussot qui a joué dans trois de ses films, dont le dernier, "Pas... de quartier" (2021), et qui se souvient de "son audace artistique". Il n'avait jamais cessé de travailler et laisse un film quasiment terminé, tourné en un jour et baptisé "Bonjour la langue", en hommage à Jean-Luc Godard et son "Adieu au Langage" (2014), avec lequel il correspondait, a précisé M. Broussot.

Un cinéaste "chercheur"

Celui qui se présentait volontiers comme un cinéaste "chercheur", et fut aussi critique aux Cahiers du Cinéma, a réalisé au total une cinquantaine de films dont trente longs-métrages. Polytechnicien de formation, il s'est tourné très rapidement vers le cinéma, livrant en 1965 un premier long-métrage, "Les Ruses du diable". Son idole était Danielle Darrieux, dont il collectionnait les photos adolescent à Toulon et qu'il fera notamment tourner dans "En haut des marches" (1983), un film qui rend hommage à sa mère et évoque le traumatisme de la guerre.


Retrouvez cet article sur ParisMatch