Crise des opiacés : un distributeur visé par une nouvelle plainte

AFP/Archives - Eric BARADAT

Selon la plainte, cette entreprise aurait volontairement fermé les yeux sur des commandes anormalement élevées de médicaments antidouleur, destinées à alimenter le trafic.

Le ministère américain de la Justice a porté plainte le 29 décembre 2022 au civil contre le géant pharmaceutique AmerisourceBergen, accusé de fermer les yeux "jusqu'à aujourd'hui" sur des prescriptions illégales de médicaments et de continuer à alimenter la crise des opiacés.

Des pharmacies aux volumes de commandes exorbitants

Aux Etats-Unis, une loi fédérale oblige les distributeurs de médicaments à signaler les commandes suspectes, susceptibles d'alimenter des trafics illicites, a rappelé la ministre adjointe Vanita Gupta lors d'une conférence de presse. "De 2014 jusqu'à aujourd'hui, AmerisourceBergen et deux de ses filiales ont violé cette obligation pour des centaines de milliers de commandes", a-t-elle poursuivi, en estimant que l'entreprise pourrait être condamnée à verser des milliards de dollars de pénalités.

Selon la plainte, l'entreprise a ignoré des informations troublantes sur cinq pharmacies aux volumes de commandes exorbitants, notamment de médicaments antidouleur aux opiacés très addictifs. Elle aurait ainsi continué à livrer une officine de Floride jusqu'en décembre 2019, bien qu'un de ses employés eut rapporté que des clients se livraient à des trafics sur son parking.

Selon le procureur fédéral du New Jersey, AmerisourceBergen ne s'est pas contentée de fermer les yeux face aux signaux d'alerte : "la plainte soutient qu'elle a volontairement modifié ses programmes de surveillance électronique pour faire en sorte que les signalements à l'agence anti-drogue (DEA) chutent de 99%", a noté Philip Sellinger. En conséquence, l'entreprise n'a, selon lui, adressé que 350 signalements à cette agence en 2017 contre 200.000 et 40.000 effectués par ses deux principaux concurrents.

La compagnie "a donné la priorité à ses profits plutôt qu'à ses obligations légales et au bien-être des Américains", a estimé Vanita Gupta. Dans un communiqué, AmericasourceBergen a estimé que cette plainte "était simplement une tentative pour faire porter la responsabilité des adminis[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi