Après le Covid-19, de plus en plus de pays testent un revenu universel

·4 min de lecture
Le revenu universel, une utopie remise au goût du jour par la crise du Covid-19 (Crédits : Getty Images/EyeEm).

Et si le revenu universel s’invitait dans la campagne présidentielle ? Cinq ans après avoir été défendue par le malheureux candidat socialiste Benoît Hamon, la proposition est à nouveau portée par un candidat à l’Élysée, tandis que les expérimentations se multiplient chez nos voisins.

Parfois appelé revenu d’existence ou revenu de base, le revenu universel est en théorie une somme d’argent versée à tous les citoyens, sans conditions ni contreparties, cumulable avec d’autres revenus. 

S'émanciper du travail ou lutter contre la pauvreté

Pour certains, il a vocation à nous affranchir du travail, en nous permettant de nous impliquer dans d’autres activités et en changeant le rapport de force entre patron et salarié. D’autres voient plutôt le revenu universel comme une mutualisation des aides sociales déjà existantes : on additionne toutes les allocations et on les verse automatiquement aux citoyens, ce qui permet de lutter contre la grande pauvreté, et aussi de faire des économies au sein de l’administration.

Dans les deux cas, le montant de ce revenu universel est sujet à débat. En dessous d’un certain seuil, il ne couvre pas les besoins vitaux et ne permet pas de sortir de la précarité (le seuil de pauvreté étant de 1 041 euros mensuels selon l’Insee). Mais plus il est élevé, plus il coûte cher à l’État, voire pourrait inciter à l’inactivité selon ses détracteurs.

L'eurodéputé Yannick Jadot sera le candidat des Verts à la présidentielle de 2022 (Crédits : Gamma-Rapho via Getty Images).
L'eurodéputé Yannick Jadot sera le candidat des Verts à la présidentielle de 2022 (Crédits : Gamma-Rapho via Getty Images).

Quels candidats veulent le créer ?

Les deux finalistes de la primaire écologiste l’avaient glissé dans leur programme. Yannick Jadot, l’eurodéputé vainqueur face à l’économiste Sandrine Rousseau, propose d’établir un "revenu citoyen" à destination des personnes précaires. Dès leurs 18 ans, elles recevraient 665 euros par mois, un peu plus que le montant du RSA

Aucun autre candidat à la présidentielle n’a officiellement inscrit cette mesure dans son projet, mais l’insoumis Jean-Luc Mélenchon est prêt à en discuter. "Dans la période du Covid, tout le monde s’est aperçu que l’existence d’un revenu garanti permettrait à tout le monde de survivre alors que des masses de gens sombrent dans la pauvreté", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse le 27 janvier 2021

Le revenu universel pourrait aussi s’inviter dans le programme de la droite, à la recherche d’une mesure sociale forte. Des députés Les Républicains plaident par exemple pour un "revenu vital" autour de 700 euros. La candidate socialiste Anne Hidalgo pourrait-elle l’inclure dans ses propositions ? La mairie de Paris qu’elle dirige va bientôt lancer une consultation locale sur le sujet.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter "Yahoo Pour Vous" pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

Où est-ce que ça existe déjà ?

Nulle part ! Ou presque : en Alaska, aux États-Unis, tous les résidents permanents perçoivent chaque année un dividende, issu des recettes de l’extraction du pétrole. Mais ce montant, variable, représentait 992 dollars canadiens en 2020, soit environ 56 euros par mois... Pas de quoi bouleverser la donne. 

Mais depuis des années, le revenu universel est testé par des gouvernements ou des organismes privés à travers toute la planète, de la Namibie à l’Inde, en passant par le Canada ou le Koweït. Plus près de chez nous, en Allemagne, 122 personnes vont recevoir dès cette année 1 200 euros tous les mois, pendant trois ans. Ce test est piloté par une association pro-revenu de base, et financé par les dons de contributeurs. Il donnera lieu à une étude scientifique, notamment sur le comportement des bénéficiaires, qui ont tous un emploi, et sont âgés de 21 à 40 ans.

À plus grande échelle, la Finlande a versé 560 euros par mois à 2 000 demandeurs d’emploi tirés au sort, en 2017 et 2018, en fusionnant les allocations chômage. Ils pouvaient cumuler cette somme avec des revenus s’ils se faisaient embaucher. Ce gain a amélioré leur santé et leur bien-être, mais n’a semble-t-il eu qu’un impact limité sur leur réinsertion professionnelle.

Lors de cette manifestation du 12 octobre 2019, une femme tient un panneau réclamant un
Lors de cette manifestation du 12 octobre 2019, une femme tient un panneau réclamant un "revenu de base, universel, inconditionnel et suffisant" (Crédits : John Milner/SOPA Images/LightRocket via Getty Images).

Deux autres voisins européens ont récemment créé une pension pour les plus pauvres. En Italie, le revenu "pour tous" défendu par le Mouvement 5 Etoiles s’est transformé en "revenu de citoyenneté" versé à 1,2 million de familles sous le seuil de pauvreté. Mis en place en 2019, il est déjà question de réformer ce dispositif assez critiqué. Quant à l’Espagne, elle a instauré un "revenu minimum vital" depuis mai 2020.

Une chose est sûre, la crise sanitaire et le financement du chômage partiel par les gouvernements alimentent les espoirs des partisans d’un revenu universel. Une pétition européenne a déjà récolté plus de 150 000 signatures. Il en faudrait un million d’ici à fin juin 2022 pour que la Commission s’empare du sujet.

VIDÉO - Revenu universel : un Français tiré au sort va recevoir 1 000 euros par mois pendant un an

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles