Covid-19 : le zona pourrait être un effet secondaire des vaccins à ARN messager

Maxime Poul
·2 min de lecture
Plusieurs cas de zona potentiellement liés à l'injection de vaccins contre le Covid-19 ont été observés en France.

Depuis le lancement de la campagne de vaccination en France contre le Covid-19 en décembre dernier, 112 cas de zona potentiellement liés à l'inoculation de vaccins ont été recensés par l'Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM).

Les vaccins à ARN Messager dans la tourmente pour leurs effets secondaires ? Alors que les vaccins d'AstraZeneca et Johnson & Johnson ont régulièrement été épinglés pour leurs effets indésirables, c'est au tour des vaccins Pfizer et Moderna d'être pointés du doigt.

Depuis la fin du mois de décembre, l'ANSM a documenté 112 cas de zona potentiellement liés à l'inoculation du sérum anti-Covid. 86 d'entre eux ont été observés après une injection du vaccin Pfizer/ BioNTech et 26 avec le vaccin Moderna. Pour ce dernier, les symptômes surviendraient environ 4 jours après l'injection. 61 cas ont également été signalés en Suisse après des injections avec des vaccins à ARN messager. 

Un lien avec les rhumatismes inflammatoires ?

"Si aucune caractéristique particulière en termes d'âge et de sexe n'a été retrouvée lors de cette nouvelle analyse, la notification d'un nombre élevé de cas [...] est en faveur d'un signal potentiel", indique l'autorité de santé dans sa dernière note, souligne Le Figaro. Comme pour les cas de thrombose avec les vaccins d'AstraZeneca et Johnson & Johnson, ces cas de zona sont rares mais mettent en alerte les autorités de santé, car ils n'avaient pas été prévus par les laboratoires américains. 

Vidéo. Plus de bénéfices que de risques pour AstraZeneca et Janssen

À LIRE AUSSI >>> Le Covid-19 expose huit fois plus à une thrombose que le vaccin AstraZeneca

Une étude israélienne parue dans la revue Rheumatology met en avant en avant un lien entre le zona post-vaccination et le fait d’être atteint d’une maladie rhumatismale inflammatoire auto-immune. Dans leur étude d'observation, les chercheurs israéliens ont noté que sur 491 patients vaccinés et 99 appartenant à un groupe témoin, six ont développé un zona dans le premier groupe contre aucun dans le second. Ces six personnes étaient âgées entre 36 et 61 ans. 

Qu'est-ce que le Zona ? 

Le zona est une maladie liée à la réactivation du virus de la varicelle qui survient souvent chez les personnes âgées ou les personnes immunodéprimées. Elle touche 250 000 à 300 000 personnes en France chaque année. Les personnes qui ont contracté la varicelle durant leur enfance gardent toute leur vie ce virus qui s'installe dans les ganglions nerveux. Si ce virus est censé rester bloqué dans les ganglions, il peut se réactiver à n'importe quel moment lorsque les défenses immunitaires sont trop faibles et déclencher un zona. Le virus varicelle-zona se manifeste par des plaques rouges sur la peau, des sensations de brûlures et des éruptions cutanées qui restent douloureuses pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Ce contenu peut également vous intéresser :