Coronavirus : quels sont les symptômes et les origines de la pneumonie de Wuhan ?

·3 min de lecture
Des agents désinfectent une gare de Séoul (Corée du Sud) où le virus s'est propagé depuis la Chine (Photo : Chung Sung-Jun/Getty Images)

Depuis le début de l’année 2020, la Chine est en état d’alerte en raison de l’épidémie d’un tout nouveau virus, partie de la province du Hubei avant de se propager à toute vitesse, au point d’inquiéter également la communauté internationale. Quels sont les symptômes de ce fameux coronavirus et d’où provient-il ? Yahoo Actu fait le point.

Plus de 360 morts en un mois et plus de 17 300 personnes contaminées en Chine... Plus les jours passent et plus les nouvelles concernant l’épidémie de coronavirus partie de la ville de Wuhan inquiètent. Alors que l’Empire du Milieu est en état d’alerte maximal, et que 6 cas de coronavirus ont été déclarés en France, que sait-on exactement de cette épidémie ?

Les symptômes de la pneumonie de Wuhan

La maladie se manifeste par de la fièvre et une toux persistante, explique sur son site officiel la Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan, citée par Le Journal des Femmes. Elle est d'une forme légère mais durable, et risque en même temps de prendre une forme grave (insuffisance respiratoire, complications cardiaques...) chez des personnes âgées et des patients atteints d'autres maladies."

À LIRE AUSSI >> Coronavirus : pourquoi est-il important de se faire vacciner contre la grippe ?

Cette définition pose donc un premier problème, celui de la détection de cette forme particulière de pneumonie par rapport à d’autres maladies présentant des symptômes proches. Autre observation : sous sa forme actuelle, la pneumonie de Wuhan n’est mortellement dangereuse que pour les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli, ce qui explique qu’elle soit considérée par beaucoup de scientifiques comme moins virulente que le Syndrome respiratoire aigu sévère lié au coronavirus (SRAS), dont l’épidémie avait fait près de 650 morts à travers le monde en 2003.

Quelles sont les origines du coronavirus ?

Précisons d’emblée que le terme “coronavirus” ne renvoie pas spécifiquement à la souche qui frappe la Chine depuis le mois de décembre, mais plus généralement à un certain type de virus. Le préfixe “corona-” provient de leur aspect au microscope : tout autour de leur enveloppe s’épanouissent des projections bulbeuses qui semblent entourer ces virus d’une couronne, à l’image de celle que l’on peut observer autour du soleil.

Le virus dont il est question actuellement est en fait nommé nCoV-2019. Les premières études ont montré que cette souche avait, dans sa séquence génétique, 70% de similarité avec celle du SRAS, mais il s’agit bien d’une nouvelle forme de coronavirus.

Les premiers cas d’infection ont été identifiés le 31 décembre dernier, mais les symptômes étaient apparus plusieurs semaines auparavant. Les premières personnes contaminées travaillent toutes sur le marché aux fruits de mer de Wuhan, un lieu célèbre, selon Les Echos, car on peut y trouver de nombreux animaux sauvages rares, en toute illégalité bien sûr.

Alors qu’un vaccin est en cours d’élaboration, les scientifiques ont confirmé, ces derniers jours, que le virus était transmissible d’humain à humain, mais une importante zone d’ombre subsiste : comment et par quel biais a-t-il été transmis à l’homme ? Le cadre très particulier dans lequel est apparue la maladie laisse bien sûr penser à une contamination par un animal, mais pour l’heure, l’identité de celui-ci reste à définir.

Selon les pistes les plus sérieuses, il pourrait s’agir d’un serpent ou d’une chauve-souris. L’identification de ce “chaînon manquant”, sur laquelle planchent actuellement des centaines de scientifiques à travers le monde, sera en tout cas cruciale pour permettre d’avancer dans la recherche sur ce virus qui gagne du terrain, jour après jour.