Coronavirus : des scientifiques belges proposent une stratégie alternative pour sortir du confinement

L'utilisation de tests sérologiques d'anticorps pourrait permettre une sortie du confinement (Photo : Sven Hoppe/picture alliance via Getty Images)

Se basant notamment sur les résultats d’une étude franco-néerlandaise, plusieurs spécialistes belges recommandent des tests massifs d’immunité pour la population, qui permettraient de mieux mesurer l’impact de l’épidémie et ainsi de mieux planifier la suite des événements.

En Belgique, comme en France et dans de nombreux autres pays, la lutte contre le coronavirus s’articule autour de deux axes principaux : le confinement de la population et la détection des personnes contaminées, au moyen de tests d’infection.

Nul ne sait combien de temps durera le confinement

Une stratégie dont les résultats sont pour le moment mitigés dans l’Hexagone. Alors qu’elle n’a pas pu empêcher l’augmentation exponentielle des décès ces derniers jours, elle plonge en effet le pays dans une sorte de paralysie flottante : nul ne sait combien de temps durera le confinement et quels seront ses conséquences réelles sur l’activité économique.

Éalement confrontés à ce problème, donc, les Belges sont dans la même incertitude. Mais outre-Quiévrain, plusieurs voix se sont élevées ces derniers jours pour demander un changement radical de stratégie, afin de mieux mesurer l’impact réel de l’épidémie de Covid-19 sur la population.

Des tests d’anticorps pour mesurer la réponse immunitaire de la population

Parmi ces voix, celles de l’épidémiologiste Marius Gilbert et du spécialiste de l’immunité Michel Goldman qui recommandent une généralisation des tests sérologique d’anticorps. Tout en maintenant les tests d’infection pour les personnes malades, une telle décision permettrait de mesurer avec précision la réponse immunitaire au sein de la population, dont la plus grande partie ne présentera pas de symptome en cas de contamination.

Pour soutenir leur propos, les deux scientifiques s’appuient sur les résultats d’une étude franco-néerlandaise visant à identifier les anticorps des patients atteints du Covid-19. Selon la RTBF, les auteurs de cette étude “ont pu constater une réponse immunitaire en anticorps parfaitement détectable dans les tests sérologiques dits ELISA”.

“Utiliser ces tests permettrait de redémarrer dès que possible l’économie”

Avant même que les autorités belges ne se positionnent sur la question, l’Université Libre de Bruxelles (où exerce l’un des deux scientifiques cités plus haut) planche déjà sur l’application de ce dépistage massif. “Il sera important de définir un ordre de priorités pour ces tests : on devrait d’abord les réserver aux professionnels de la santé et aux métiers "essentiels" (transports publics, transport et distribution de biens essentiels, approvisionnement des stations-essence, etc.) où le télétravail ne peut pas être appliqué”, peut-on lire dans un article co-signé par plusieurs universitaires.

L’objectif d’une telle stratégie serait ainsi de limiter l’impact de la pandémie sur l’activité économique en planifiant la sortie du confinement : “Utiliser ces tests sérologiques en association avec les tests de diagnostic permettrait de remettre au travail en toute sécurité et de redémarrer dès que possible l’économie. Investir massivement dans ces tests a tout son sens au plan économique, en permettant de limiter l'amplitude et la durée de la crise économique qui est devant nous.”