Coronavirus : ce que l'on a le droit de faire depuis ce mardi 24 mars

Le HuffPost avec AFP
·2 min de lecture
Des policiers procèdent à un contrôle sur les Champs-Élysées à Paris le 17 mars 2020 (photo d'illustration)
Des policiers procèdent à un contrôle sur les Champs-Élysées à Paris le 17 mars 2020 (photo d'illustration)

Le confinement se renforce encore un peu plus afin d'essayer de diminuer le nombre de malades du Covid-19 en France.

CORONAVIRUS - Sortir son chien ? Faire son marché ? Faire un jogging ? Depuis ce mardi 24 mars, la France est entrée dans une période de confinement de nouveau renforcé pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Et le quotidien de tout un chacun s’en trouve forcément bouleversé

Dans son allocution du lundi 16 mars, Emmanuel Macron avait déjà annoncé une limitation des déplacements “pour 15 jours” au moins. “Toute infraction à ces règles sera sanctionnée”, avait alors prévenu le Président de la République. 

Dans la foulée, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a détaillé les situations dans lesquelles les Français avaient ou non le droit de sortir de chez eux. Dans tous les cas, toute personne sortant de son domicile doit être en possession d’une déclaration sur l’honneur précisant la raison de son déplacement, sans quoi elle est passible d’une amende de 135 euros et non plus 38. En effet, le décret qui instaure une amende forfaitaire de 135 euros portée à 375 euros avec la majoration est entré en vigueur depuis mercredi 18 mars.  

Chaque jour, de nouvelles précisions sont données sur les modalités du confinement. Édouard Philippe en notamment ajouté plusieurs au JT de 20H de TF1 ce lundi 23 mars. Pour y voir plus clair, Le HuffPost a donc réalisé le mode d’emploi ci-dessous. Celui d’une France qui se calfeutre face au coronavirus, “la plus grave crise sanitaire que le pays ait connue depuis un siècle”, selon les mots d’Emmanuel Macron.

Ce que nous avons le droit de faire

  • Faire des courses alimentaires

Les supermarchés et épiceries considérés comme “utiles à la vie de la nation” seront ouverts et les Français pourront s’y rendre pour se fournir en produits alimentaires. Le gouvernement a écarté tout risque de pénurie et l’approvisionnement des magasins en produits alimentaires et de premières nécessités seront “garantis dans les jours et les semaines à venir”, avait déjà indiqué Bruno Le Maire. Désormais, les boulangeries ont le droit d’ouvrir 7 jours sur...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :