Covid-19 : un confinement diviserait par deux le taux de reproduction du virus

·3 min de lecture
La fermeture des écoles permettrait de réduire de 15% le taux de reproduction du virus.
La fermeture des écoles permettrait de réduire de 15% le taux de reproduction du virus.

Une étude s’intéresse à l’impact de la fermeture des écoles, du télétravail obligatoire ou encore de l’interdiction des évènements publics sur la reproduction du virus.

Télétravail obligatoire, fermeture de écoles, interdiction des évènements publics ou encore limitation des rassemblements à 10 personnes... Depuis le début de la pandémie de coronavirus en Europe, les pays multiplient les restrictions.

Avec la deuxième vague qui frappe actuellement l’Europe, une étude publiée dans The Lancet permet de juger quelles sont les restrictions les plus efficaces sur le taux de reproduction du virus. Pour mener à bien cette étude, les chercheurs de l’université d’Edimbourg ont étudié la situation de 131 pays, entre le 1er janvier et le 20 juillet.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : pourquoi les nouveaux tests pourraient tout changer ?

Ils ont pris en compte le R de chacun des pays, qui mesure le nombre de personnes qu’un malade peut infecter, dont ils ont mesuré l’évolution au fur et à mesure que certaines mesures étaient prises dans les pays étudiés.

L’efficacité du télétravail obligatoire

Ainsi, l'interdiction des événements publics et des rassemblements publics de plus de dix personnes aurait un effet non-négligeable sur le R, qui mesure le nombre de personnes que chaque malade contaminé. Au bout de 14 jours, le R diminue de 13% et de 29% au bout de 28 jours, soit quatre semaines.

Des mesures encore plus efficaces si l’on y ajoute le télétravail obligatoire. Avec cette mesure supplémentaire, le “R” baisse de 22% en deux semaines et de 38% au bout de quatre semaines.

Le confinement fait baisser le taux de reproduction du virus de moitié en 28 jours

L’étude a également mesuré l’effet d’un cas de confinement total, c’est-à-dire d’une fermeture des écoles, du télétravail obligatoire, des interdictions d'événements et de rassemblements publics, de la limitation des autorisations de sortie et des restrictions de déplacements. Cumulées, ces mesures qui font penser à un confinement font diminuer le taux de reproduction du virus de 35% en une semaine, de 42% en 14 jours et de 52% en quatre semaines.

Les auteurs de l’étude se sont également intéressé à l’effet de chacune mesure, prise indépendamment d’autres restrictions, mais également aux conséquences sur la levées de ces mesures.

Fermer les écoles réduirait la transmission du virus de 15%

Ainsi, la fermeture des écoles pourrait réduire de 15% la transmission du virus en quatre semaines. A contrario, leur réouverture à l’issue de cette période entrainerait une augmentation de 24% de la transmission.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : pourquoi un vaccin ne suffira pas pour stopper la pandémie

Les auteurs de l’étude précisent toutefois qu’ils n’ont pas pris en compte les différentes mesures sanitaires prises lors de la réouverture des écoles dans certains pays, comme le port du masque obligatoire ou la distance entre les tables.

L’autorisation des rassemblements ferait bondir l’épidémie

L’interdiction des évènements publics est la mesure qui a le plus d’effet sur la circulation du virus. À elle seule, cette interdiction fait diminuer d’un quart le taux de reproduction du virus, soulignent les auteurs de l’étude. Une information à relativiser tout de même, puisqu’elle est dans la majorité des pays la première mesure à être décidée face à une hausse des décès, et a mécaniquement un impact important.

À l’inverse, l’autorisation des événements publics pourrait augmenter la transmission de 21% en quatre semaines, et la levée des interdictions de rassemblements de plus de dix personnes pourrait augmenter la transmission de 25%.

Des données sur l’impact des mesures qui pourraient aider les autorités de nombreux pays européens à prendre des décisions, alors que la situation s’aggrave et que la question d’un reconfinement total se pose notamment en France.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :