En Corée du Sud, un tatouage permet de surveiller sa santé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'encre de tatouage est composée de métal liquide et de nanotubes de carbone qui fonctionne comme une bioélectrode (Getty Images) (Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Corée du Sud, un tatouage nanotechnologique a été développé par des chercheurs. Il pourrait alerter les gens sur des problèmes médicaux. Explications.

Et si bientôt à la place d'avoir une citation, une fleur ou le prénom de vos enfants, vous aviez un tatouage qui permet de surveiller votre santé ? Ce sera peut-être bientôt le cas en Corée du Sud. Dans le sud-ouest de Séoul, des chercheurs du Korea Advanced Institute of Science and Technology (KAIST) ont en effet mis un point un tatouage nanotechnologique.

Un tatouage composé de métal liquide et de nanotubes de carbone

L'encre non-invasive de ce tatouage est électronique, elle est composée de métal liquide et de nanotubes de carbone qui fonctionne comme une bioélectrode. Objectif ? Surveiller la santé des habitants en permanence sans réaliser aucun examen invasif. Les porteurs de ce tatouage du futur seraient donc avertis directement en cas de soucis de santé (trouble du rythme cardiaque, etc). L'encre de tatouage serait reliée à un appareil d'électrocardiogramme (ou à tout autre appareil de mesure) permettant ainsi de surveiller la fréquence cardiaque, les niveaux de glucose, etc.

"À l'avenir, nous espérons connecter une puce sans fil intégrée"

"À l'avenir, nous espérons connecter une puce sans fil intégrée à cette encre, afin que nous puissions communiquer, ou que nous puissions envoyer un signal dans les deux sens entre notre corps et un appareil externe", a déclaré le chef de projet Steve Park, un professeur de sciences et génie des matériaux cité par l'agence de presse Reuters. Ce tatouage serait bien ancrée sur le peau, même en frottant il ne serait pas possible de le détacher. À l'avenir, les scientifiques aimeraient trouver une solution pour se passer des capteurs.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "4 millions de personnes sont touchées par l’asthme chaque année"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles