TOUT COMPRENDRE - Biden mis en difficulté après la découverte de documents confidentiels chez lui

Le président des Etats-Unis Joe Biden, le 28 octobre 2022 à Philadelphie. - Mandel Ngan
Le président des Etats-Unis Joe Biden, le 28 octobre 2022 à Philadelphie. - Mandel Ngan

Il affirme "coopére(r) pleinement avec le ministère de la Justice". Le président américain Joe Biden est dans la tourmente après la découverte de documents confidentiels dans sa résidence privée de Wilmington dans le Delaware.

"Je prends les documents confidentiels très au sérieux", a brièvement répondu le dirigeant démocrate à la presse.

Reste que cette information, sortie par plusieurs médias américains dont le New York Times, risque de mettre le locataire de la Maison Blanche en grande difficulté. Le contexte ne lui est d'ailleurs pas favorable: si le Parti démocrate est parvenu à conserver le Sénat à l'issue des élections de mi-mandat, les républicains président à nouveau la Chambre des représentants. Un nouvel échiquier politique qui pourrait motiver le GOP à ouvrir une enquête pour ces révélations.

Quels sont ces documents retrouvés dans une résidence du président?

"Un petit nombre" de documents classés confidentiels datant de l'époque de la vice-présidence de Joe Biden ont été retrouvés dans sa résidence privée de Wilmington, dans l'État du Delaware, a indiqué jeudi la Maison Blanche.

Lundi, elle avait déjà reconnu qu'une dizaine de documents de ce type avaient été découverts au Penn Biden Center, un cercle de réflexion de Washington où Joe Biden avait autrefois un bureau. Certains de ces documents sont des notes de synthèse relatives à l'Ukraine, l'Iran ou encore le Royaume-Uni et sont classés secret défense selon CNN.

Cette fois, les nouveaux documents découverts se trouvaient dans le garage de sa maison de Wilmington et dans une pièce adjacente, a précisé l'avocat de la présidence, Richard Sauber.

Comment réagit le Parti républicain à cette découverte?

Le leader républicain Kevin McCarthy a appelé jeudi le Congrès américain à ouvrir une enquête sur les documents confidentiels trouvés dans la résidence privée du président Joe Biden.

"Le Congrès doit enquêter sur cette affaire", a-t-il affirmé à la presse, dénonçant "un nouveau faux pas de l'administration Biden".

"Vous vous rappelez comment la gauche avait réagi quand le président Trump a emporté de prétendus documents 'confidentiels' chez lui? Elle est drôlement silencieuse aujourd'hui", a commenté l'élu républicain de la Chambre, Jim Jordan, un fidèle lieutenant de Donald Trump.

Quelle est la réponse du Parti démocrate face à ces révélations?

Le Parti démocrate ne s'est pour l'instant pas exprimé sur le sujet. Il en est de même pour la porte-parole de la Maison Blanche Karine Jean-Pierre, qui a refusé de répondre aux questions des journalistes... à la différence du principal intéressé.

Le président Joe Biden a répondu qu'il s'exprimerait "bientôt, si Dieu le veut" sur le sujet. "Par ailleurs, ma Corvette est dans un garage fermé. (...) Ce n'est pas comme si elle était dans la rue", a ajouté le démocrate de 80 ans, en référence à sa voiture préférée, une décapotable vert bouteille datant des années 1960.

Reproche-t-on la même chose à Biden qu'à Trump?

Ces révélations ne sont pas sans rappeler le précédent Trump. En quittant la Maison Blanche, l'ancien président républicain avait emporté des boîtes entières de documents. Après avoir été prié de les restituer, il avait rendu une quinzaine de cartons en janvier 2022.

Après examen, la police fédérale avait estimé qu'il en conservait probablement d'autres dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago. Des agents du FBI y ont mené une perquisition sur la base d'un mandat pour "rétention de documents classifiés" et "entrave à une enquête fédérale", et ont saisi une trentaine d'autres boîtes. Une intense bataille judiciaire s'est alors ouverte pour déterminer la nature des documents saisis, qui pourraient être classifiés, personnels voire déclassifiés. De quoi ralentir la procédure. Mais Donald Trump reste sous la menace d'une inculpation fédérale.

Reste que plus de 325 documents ont été saisis chez le milliardaire républicain contre un peu plus d'une dizaine pour Joe Biden selon CNN. En outre, l'actuel président a affirmé coopérer avec les autorités à la différence de son prédécesseur. Enfin ce sont les avocats de Joe Biden qui ont alerté les Archives nationales de la découverte de ces documents alors que les avocats des Donald Trump ont d'abord été sollicités par les Archives nationales. Il n'y a pas là un quelconque signe d'obstruction de Joe Biden à une enquête fédérale, contrairement à Donald Trump.

• Que risque Joe Biden sur le plan judiciaire?

Aux États-Unis, une loi de 1978 oblige les présidents et vice-présidents américains à transmettre l'ensemble de leurs emails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales.

L'article 18 section 2071 du Code des Etats-Unis prévoit que toute personne qui dissimule ou détruit volontairement des documents officiels risque des peines d'amende et jusqu'à trois ans de prison, mais aussi l'interdiction d'occuper une fonction publique ainsi qu'une peine d'inéligibilité.

Il faudra établir si le président américain avait intentionnellement ou non laissé ces documents chez lui ou à son ancien bureau. "Nous sommes certains qu'une enquête minutieuse montrera que ces documents ont été déplacés par inadvertance", a indiqué l'avocat de la présidence Richard Sauber dans un communiqué.

Un travail sur lequel devra se pencher Robert Hur, le procureur spécial indépendant nommé pour enquêter sur cette affaire.

Article original publié sur BFMTV.com