Publicité

"Cocaïne rose", cannabinoïdes de synthèse: une étude révèle la circulation de nouvelles drogues

De nouveaux produits stupéfiants circulent, relève ce mercredi 31 janvier une étude de l'Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT), pointant également la pureté de la cocaïne en circulation, avec un "risque d'intoxication" en hausse.

Le Système d'identification national des toxiques et des substances (SINTES), dispositif d'observation de la composition des produits psychoactifs illicites coordonné par l'OFDT, sert de base à cette étude s'appuyant sur plus de 600 échantillons de produits psychoactifs récoltés en 2022.

Parmi ses enseignements, la forte teneur en cocaïne des échantillons récoltés: plus de 70% des 123 échantillons analysés "ont pu bénéficier d'un dosage en cocaïne" et neuf se sont avérés purs, indique l'OFDT.

Or, "une augmentation de la teneur en cocaïne a pour conséquence une élévation du risque d'intoxication aiguë et de développement de complications liées à sa toxicité", avertit l'Observatoire. Plus de 56% des échantillons de cocaïne analysés ne contenaient pas de produits de coupe.

"Cocaïne rose"

L'OFDT note également les "nombreuses tromperies" à l'insu des usagers de la 3-MMC, drogue de synthèse classée comme stupéfiant aux Pays-Bas.

"En 2022, sur les 56 échantillons collectés supposés être de la 3-MMC, seuls 12 (21,4 %) sont réellement exclusivement composés de 3-MMC", précise l'OFDT.

Autre produit en circulation, la "cocaïne rose", qui se présente sous forme de poudre rose, a été repérée pour la première fois en France en 2022 par le dispositif SINTES.

Documenté dès 2021 via le dispositif TREND (Tendances récentes et nouvelles drogues), les analyses ont mis en évidence une association récurrente de MDMA et de kétamine, sans la présence de cocaïne. Méconnu, ce produit peut occasionner "des complications inattendues pour l'usager à cause de son nom trompeur", poursuit l'OFDT.

De la drogue vendue comme étant du CBD

Ce rapport du SINTES souligne par ailleurs l'émergence d'un nouveau produit de synthèse cannabinoïde, apparu en France à l'automne 2022, l'hexahydrocannabinol (HHC).

"Certaines collectes ont permis d'objectiver une tromperie car certains produits étaient vendus comme contenant du CBD", molécule non psychotrope du cannabis, affirme l'OFDT.

Pour l'héroïne, le rapport note "une prédominance des héroïnes faiblement concentrées", c'est-à-dire coupées avec d'autres agents.

Comme en 2021, le motif le plus fréquent des collectes reste la survenue d'effets inattendus (39%), tandis que les produits non reconnus ou aux résultats incomplets représentent près de 25%, en hausse de 15 points. Les produits nouveaux ou rares correspondent à 25%.

Au total en 2022, le SINTES a enregistré une augmentation de 18% des collectes par rapport à 2021, avec 623 échantillons récupérés.

Article original publié sur BFMTV.com